Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > Maroc > À Tinejdad, le musée des Oasis

À Tinejdad, le musée des Oasis

Dans le ksar El-Khorbat, au cœur de l’oasis de Ferkla
29 mai 2015, par Madeleine, Pascal
 

Tinejdad se trouve au cœur de l’oasis de Ferkla, dans la basse vallée du Todgha. À l’entrée de Tinejdad, en venant de Tineghir, le ksar [1] El-Khorbat, bâti en terre crue à la fin du XIXe siècle, a été restauré selon les savoir-faire traditionnels et avec les matériaux d’origine. Il abrite un musée ethnographique berbère, le musée des Oasis.

Histoire du ksar El-Khorbat

Vue depuis une tour de guet du musée des Oasis
Vue depuis une tour de guet du musée des Oasis

Le nom du ksar El-Khorbat (un mot arabe qui signifie "les ruines") suggère que ses fondateurs furent des Arabes Beni Maâquil qui s’établirent dans la région vers le XIVe ou le XVe siècle. Une autre partie de la population était alors composée de laboureurs à la peau foncée connus sous le nom d’Ikabliine.

Au début du XIXe siècle, le ksar d’El-Khorbat fut occupé par des Berbères Aït Atta qui en délogèrent les Arabes mais acceptèrent les Ikabliine pour continuer à labourer les champs désormais conquis. Plus tard, ils agrandirent le village en bâtissant de nouveaux remparts.

Dans la partie touristique du ksar
Dans la partie touristique du ksar

Vers 1860, une autre tribu berbère, celle des Aït Merghad originaires de la vallée du Dadès, chassa les Aît Atta d’El-Khorbat et construisit à côté un deuxième ksar, nommé ighrem Oujdid, qui devint leur capitale politique. Mais c’est à El-Khorbat que résidait le caïd ou chef de la tribu, agréé par le sultan du Maroc.

Cette prééminence politique du ksar El-Khorbat perdura jusqu’à l’arrivée du protectorat français. Par la suite, les autorités françaises bâtirent un Bureau des affaires indigènes à quelques kilomètres plus à l’est, fondant ainsi la future Tinejdad où fut transférée l’administration de l’oasis.

Dans le ksar, chaque tour de guet, sauf celle de l’entrée, appartient à une famille qui, autrefois, était responsable de la surveillance des alentours et, en cas de conflit armé, de sa défense. Après la pacification des vallées présahariennes, la tour de guet devint un petit salon pour recevoir les visiteurs.

  • Une tour de guet dans le musée des Oasis
  • Évocation du salon dans la tour de guet

Le musée des traditions berbères

Le musée rassemble des objets liés aux activités dans les villages des vallées subsahariennes.

La maison

  • Moule pour la construction des murs de (...)
  • Plafond de bois
  • Incisions décoratives dans un mur de pisé
  • Fabrication des briques d’adobe
    En haut, deux photographies. En bas, à gauche, (...)
  • Verrous
  • Porte de bois

L’agriculture, l’élevage, les greniers et la cuisine

  • Outre pour l’obtention du petit-lait
  • Paniers pour le stockage des denrées
  • Métier à tisser
  • Étrier
  • Vannerie
  • Poterie et instruments culinaires

Le vêtement, la parure et les fêtes

  • Djellabah Aït Merghad
  • Sac pour homme
  • Sac pour homme
  • Vêtement et bijoux féminins
  • Le bijou de droite est un ornement pectoral (...)
  • Instruments de musique et parure de fête

La religion, les croyances, le châtiment

  • Tablette pour l’apprentissage du Coran
  • Coran et son étui en cuir
  • Talismans et amulettes
  • Minbar de mosquée
  • Traité d’astronomie, en haut, et de médecine, (...)
  • Détail d’un carcan

Retour à la carte du Maroc

[1Un ksar (pluriel ksour et, en berbère, ighrem) est un village fortifié en vue de la protection contre des attaques de tribus nomades.


Article mis à jour le 12 avril 2016