Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > Chine > Les ruines de Gaochang, près de Turfan
Chine : Turfan

Les ruines de Gaochang, près de Turfan

6 novembre 2018, par Madeleine, Pascal

La province du Xinjiang
La province du Xinjiang

Gaochang, également appelée Qocho, est une ville-oasis ruinée située au pied des monts Flamboyants, à une cinquantaine de kilomètres à l’est de l’actuelle Turfan, dans la dépression du même nom, au nord-est du désert du Taklamakan.

Construite au Ier siècle avant notre ère par les Han, la ville fut d’abord une garnison militaire puis une cité commerçante, étape pour les commerçants et pélerins qui circulaient sur la route de la Soie.

Statue du moine-pélerin Xuanzang à l’entrée du site
Statue du moine-pélerin Xuanzang à l’entrée du site

À partir de là coexistèrent à Gaochang plusieurs communautés, toutes bouddhistes :

  • les Tokhariens, population parlant une langue indo-européenne, établie dans le bassin du Tarim depuis environ 1800 avant notre ère,
  • les marchands de Sogdiane, région qui recouvrait les actuels Ouzbékistan et Tadjikistan et dont la capitale était Samarkand,
  • les Chinois dont on peut voir la nécropole au cimetière d’Astana, tout proche.

Après des périodes troublées, Gaochang connut la domination des Tang puis celle des Tibétains de 790 à 843 et enfin celle des Ouïghours. Bouddhisme, manichéisme et nestorianisme y étaient alors pratiqués sans discrimination. Gaochang fut abandonnée après l’invasion mongole.

Le site de Gaochang, au pied des monts Flamboyants

La ville ruinée occupe un espace sensiblement carré. Elle était construite en briques crues.

  • Plan de la ville de Gaochang
    En rouge, l’enceinte édifiée par les Han et en (...)
  • Le site est très vaste
  • Après les routes, des passerelles
  • Au loin, la mosquée du village actuel de (...)


Vue rapprochée des murs d’enceinte d’une quinzaine de mètres de haut

Gaochang disposait en particulier d’un temple bouddhiste doté d’un stupa.

  • Arrivée auprès du stupa
  • Derrière le stupa, reconstitution d’un édifice (...)


  • Un peu plus loin

Un monastère était établi dans l’enceinte.

Les bâtiments du monastère

La salle d’assemblée, de base carrée, à dôme circulaire, a été restaurée.

  • Vue extérieure de la salle d’assemblée
  • L’architecture traduit l’influence sassanide
  • Le moine Xuanzang y aurait enseigné
  • Une trompe

À proximité se trouve une salle de prière qui contenait un grand stupa à niches.



Article mis à jour le lundi 12 novembre 2018