Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > Chine > La pagode du Cheval blanc à Dunhuang

La pagode du Cheval blanc à Dunhuang

9 octobre 2018, par Madeleine, Pascal

La pagode du Cheval blanc de Dunhuang a été construite pour honorer le cheval du moine bouddhiste Kumārajīva qui transporta des écritures bouddhiques depuis Kucha jusqu’à l’antique cité de Shazhou (Dunhuang) vers l’an 384.

La légende précise que quand Kumārajīva atteignit Shazhou, il fit halte, plusieurs jours durant, dans un temple pour y prêcher. Juste avant son départ, son cheval Tianliu tomba malade et mourut peu après. Dévasté par la mort de son compagnon de voyage, Kumārajīva aurait fait construire une pagode de neuf étages contenant des reliques du Bouddha.

La pagode qu’on voit aujourd’hui est une restauration du XIXe siècle, suivie d’une nouvelle restauration en 1992.

L’accès à la pagode

Après avoir franchi la porte, on chemine sous une galerie de bois peint dont les poutres sont décorées de médaillons représentant des paysages ou des animaux.


La pagode

Des trois pagodes que nous avons vues en Chine (les deux autres à Xi’an et à Lanzhou), c’est celle-ci qui se rapproche le plus des modèles originaux du stupa indien ou du dagoba srilankais.

La pagode s’élève à douze mètres avec une largeur à la base de sept mètres. L’édifice repose sur un socle carré et résulte de la superposition d’un certain nombre d’étages.

  • Les étages inférieurs ont une même structure polygonale.
  • Le dernier de ces niveaux est plus spécialement orné d’une frise suggérant le lotus.
  • Au-dessus se trouve un étage en forme de bol renversé.
  • Il est surmonté d’une plateforme sur laquelle repose un ensemble de disques empilés de diamètre décroissant.
  • L’édifice se termine par une sorte de coiffe hexagonale.

Une cloche est suspendue à chaque coin de la coiffe et la partie supérieure de cette coiffe est constituée de boules métalliques surmontées d’un trident. La légende indique que le carillon des cloches est un écho du hennissement du cheval.

La coiffe de la pagode

Les "ailes" recourbées de cette coiffe, recouvertes de tuiles à embouts ornés sont la seule concession architecturale de cet édifice au style chinois.



Article mis à jour le vendredi 12 octobre 2018