Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > Chili > Parc des Torres del Paine

À l’extrémité méridionale du campo de hielo patagónico sur

Parc des Torres del Paine

14 avril 2016, par Madeleine, Pascal

Le mot paine signifie bleu dans la langue des Aonikenk, premiers habitants de la région que les Indiens Mapuche du nord désignaient sous le nom de Tehuelche.

Le massif du Paine occupe l’extrémité méridionale du campo de hielo patagónico sur (champ de glace sud de Patagonie), lui-même situé à l’extrême sud de la cordillère des Andes, à la frontière entre l’Argentine et le Chili. C’est dans le massif du Paine que se situe le parc national des Torres del Paine (les Tours du Paine), déclaré réserve de biosphère en 1978 par l’UNESCO.

Qu’est-ce qu’un champ de glace ?

En glaciologie, on désigne par champ de glace une vaste zone de moins de 50 000 km2 constituée de glaciers de vallée interconnectés d’où émergent les plus haut sommets. Les champs de glace sont ainsi plus étendus que les glaciers alpins mais plus petits que les inlandsis ou calottes glaciaires de l’Antarctique et du Groenland.

Les champs de glace s’établissent sur ​​de grandes surfaces permettant à un continuum de glace de se développer sans être interrompu par des canaux glaciaires : les glaciers se forment à la périphérie des champs de glace et servent à évacuer la glace par gravité. Un champ de glace est donc contraint par la topographie, contrairement à une calotte glaciaire.

Au premier plan, une partie d’un des champs de glace de Patagonie

Le campo de hielo patagónico sur, l’un des plus vastes champs de glace du monde, s’étend sur 350 km de long, avec une superficie de près de 16 800 km2, dont 14 200 km2 appartiennent au Chili et le reste au territoire argentin. Un autre champ de glace, le campo de hielo patagónico norte, plus septentrional et plus petit (4 200 km2), se trouve au sud de Puerto Montt et de l’île de Chiloé, entièrement en territoire chilien.

Itinéraire à travers le Parc des Torres del Paine

À partir de Cerro Castillo, on traverse un paysage glaciaire en direction du nord avant de découvrir, au loin, le massif du Paine et d’arriver au lac Sarmiento.

On contournera ce lac par le nord en direction du lac Nordenskjöld et du lac Pehoe. On descendra ensuite le rio Paine en direction du lac du Toro pour remonter le rio Grey et arriver au bord du lac Grey. Le lendemain, on embarquera à l’extrémité du lac Grey pour naviguer sur le lac jusqu’au front du glacier Grey.

Le lac Sarmiento et la Porteria Sarmiento

Le lac Sarmiento et le massif du Paine

Sur la photo ci-dessus, on voit à, gauche et en arrière-plan, la crête enneigée du Cerro Paine Grande dont le sommet principal s’élève à 3050 mètres.
Au centre de la photo, le sommet enneigé qui semble le plus haut, est le Monte Almirante Nieto qui culmine à 2640 mètres. Ce sommet domine

  • vers la gauche, une longue crête rocheuse sombre où se trouvent les Cuernos del Paine, les Cornes du Paine ;
  • vers la droite, un ensemble de parois de granite très escarpées : la Cathédrale du Paine (2168 mètres), suivie, plus à droite encore, par les Torres del Paine.

La couleur blanche de la plage du Lago Sarmiento est liée à la présence de stromatolithes, structures calcaires fossiles construites par des bactéries.

Le lac Sarmiento porte le nom de l’explorateur, humaniste et historien Pedro Sarmiento de Gamboa (1532-1592). Auteur d’une Vie des Incas, il fut au service du vice-roi du Pérou Francisco de Toledo. Il s’illustra dans la navigation dans le Pacifique sud où il participa à la découverte des îles Salomon puis fut chargé de la fortification de la région du détroit de Magellan alors soumise au pillage par les navires anglais.


Les lacs Nordenskjöld et Pehoe

On continue sur la piste, dans un paysage glaciaire en direction du très long lac Nordenskjöld qu’on découvre, un peu à l’écart de la route, au pied du massif du Paine. Ce lac reçoit le rio Paine qui le traverse et se déverse dans le lac Pehoe par une chute d’eau de 65 mètres, le Salto Grande.


Sur le site du Salto Grande on a l’impression de se trouver au pied des Cornes du Paine. En réalité, on en est séparé par le lac Nordenskjöld qui est caché par les premières hauteurs. Sur les parois des Cornes du Paine, on voit nettement une alternance de roches très claires et très sombres.

Au-delà du lac Pehoe, on poursuit le long du rio Paine qu’on traverse avant de remonter vers une vaste plaine qui occupe le site d’un ancien lac.

Au bord du lac Grey

À partir d’une prairie proche de l’hôtel Lago Grey, on gagne la rive boisée du rio Grey qu’on traverse et on poursuit en sous-bois jusqu’à la plage du lac Grey.

La forêt est constituée de Nothofagus pumilio et d’espèces apparentées communément appelées hêtre de la Terre de Feu, hêtre blanc ou chêne de Magellan, espèces des forêts andino-patagoniques du sud du Chili et de l’Argentine.

Sur la plage de graviers pousse une végétation très rase.

Visiter aussi :


Article mis à jour le dimanche 17 juillet 2016