Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > Malte et Gozo, les îles maltaises > Ħaġar Qim, Mnajdra et la côte sud-ouest de Malte

Ħaġar Qim, Mnajdra et la côte sud-ouest de Malte

Deux sites majeurs du néolithisme maltais et une randonnée jusqu’aux Dingi Cliffs

17 mai 2017, par Madeleine, Pascal

Présente dans de nombreuses civilisations, l’édification d’ensembles mégalithiques apparaît à Malte à l’époque néolithique vers 5200 av. J.-C. donc bien avant les plus vieux sites mégalithiques continentaux : les alignements de Carnac ne datent en effet que de 4000 av. J.-C.. Au sein du mégalithisme maltais, la période des temples se développe plus spécialement entre 4100 et 2500 av. J.-C. ; elle se termine ainsi à l’époque des mastabas (2700 av. J.-C.) et des pyramides d’Égypte (2500 av. J.-C.).

Ħaġar Qim et Mnajdra sont deux ensembles monumentaux édifiés entre 3600 et 2500 av. J.-C. Avec le temple de Tarxien, ils font partie de la période des temples du mégalithisme maltais. Le site, dégagé complètement en 1839-1840 domine la côte sud de l’île de Malte.

Les temples de Ħaġar Qim

JPEG - 109.1 ko
La mer, vue depuis le site de Ħaġar Qim

Le site de Ħaġar Qim réunit quatre complexes appelés temples dont les constructions s’échelonnèrent sur une période d’environ mille ans, ce qui prouve l’importance du lieu. Le plan ci-dessous montre les trois temples les plus importants avec leurs périodes de construction respectives.

PNG - 313.2 ko
Plan des trois temples principaux de Ħaġar Qim

Les photos présentées concernent le temple méridional qui mesure environ 35 mètres sur 28. Son mur d’enceinte enserre plusieurs constructions :

La Vénus de Malte
La Vénus de Malte
  • Le temple d’origine est repéré sur le plan par son entrée C. À partir de cette entrée, on pénètre d’abord dans une salle dont les deux côtés se terminent, à droite et à gauche, par un espace semi-circulaire appelé abside. Un passage resserré conduit vers une deuxième salle, plus longue, dont la partie droite 1 est en abside, tandis que le côté gauche a une forme plutôt rectangulaire.
  • D est un agrandissement du temple d’origine constitué d’une salle communiquant avec la salle précédente.
  • Enfin les salles E, F et G édifiées postérieurement ouvrent directement vers l’extérieur et ne communiquent pas les unes avec les autres. C’est dans l’une de ces salles que fut découverte la Vénus de Malte, une statuette de nu féminin présentée au Musée national d’archéologie de La Valette.



Les temples de Mnajdra

JPEG - 127.5 ko
Le site de Mnajdra

À 500 mètres du précédent, le site de Mnajdra réunit trois complexes datés, dans leur ensemble, de la même période que le site de Ħaġar Qim. Le plan ci-dessous montre les trois temples avec leurs périodes de construction respectives.

JPEG - 94.4 ko
Plan des temples de Mnajdra

Les photos présentées concernent surtout le temple central B et le temple C, plus tardif. Le temple C est appelé "inférieur" car B est surélevé sur une plate-forme qu’on découvrira sur la première photo.

Les deux temples B et C mesurent environ 20 mètres sur 20 et ont des plans comparables quoique différents : leur entrée conduit vers une succession de deux salles présentant chacune deux absides, l’une vers la droite, l’autre vers la gauche. Mais B possède quatre absides sensiblement semi-circulaires tandis que dans le temple C, contemporain du temple méridional de Ħaġar Qim, la deuxième salle, très allongée présente, du côté gauche, une forme plutôt rectangulaire, identique à ce qu’on a vu à Ħaġar Qim.

Le temple C


Le temple B


Le temple A

Ce temple est le plus ancien et il présente une structure très simple à une seule chambre.

Sur le rivage, de Mnajdra aux Dingi Cliffs

En quittant Mnajdra, on longe la côte en direction du nord, à travers un paysage aux aspects changeants : une côte de calcaire jaune plutôt déchiquetée fait place à des falaises très escarpées de calcaire blanc nettement stratifié, les Dingi Cliffs qui dominent la Méditerranée de 250 mètres.

JPEG - 138.9 ko
On quitte le temple de Mnajdra à travers la garrigue



Article mis à jour le jeudi 1er juin 2017