Le site de Madeleine et Pascal

La sierra de Grazalema

Villages blancs d’Andalousie, entre les provinces de Cádiz et Málaga

12 septembre 2016, par Madeleine, Pascal

Proches de la mer et bénéficiant d’un climat très humide favorable à l’agriculture et à l’élevage, les vallées de la sierra de Grazalema connurent successivement les Phéniciens, les Carthaginois, les Romains et les Wisigoths. Vers l’an 714, des tribus berbères originaires de zones montagneuses du nord du Maroc s’établirent dans la région.

Après la reconquête de Cordoue (1246) et Séville (1248) par les Castillans, la contrée constitua pendant près de 250 ans la frontière entre le royaume musulman de Grenade, dont elle faisait partie, et le royaume chrétien de Castille et León. À partir des années 1483-1485, les Rois catholiques entreprirent de reconquérir le royaume de Grenade et les Maures furent expulsés ou forcés à se convertir au christianisme sous les ordres de Don Rodrigo Ponce de León, marquis de Cadix. Les villages demeurent marqués aujourd’hui par presque 800 ans de domination musulmane.

L’itinéraire de randonnée démarre dans le village de Grazalema et se poursuit, au travers de montagnes calcaires aux formations karstiques, par Villaluenga del Rosario, Benaocaz et Montejaque. Il donne l’occasion de découvrir quelques-uns des pueblos blancos, les villages blancs de la région.

Grazalema

Casa de las Piedras, une rue bordée de maisons chaulées aux fenêtres protégées par des grilles de fer forgé

Le nom de Grazalema est d’origine arabe : il serait dérivé de Ben Zulema, la maison de Zulema.
Le village, situé à 812 mètres d’altitude, domine une large vallée.

De Grazalema à Villaluenga del Rosario

Départ de Grazalema sous un rayon de soleil


Benaocaz

L’Ayuntamiento de Benaocaz, un édifice du XVIIe siècle

Le village de Benaocaz fondé par les Maures, fut reconquis par les troupes chrétiennes en 1485.

Montejaque

La partie basse du village de Montejaque

Le nom de Montejacue, village situé à 690 mètres d’altitude, dériverait de l’arabe Monte-Xaquez qui signifie "Montagne perdue".



Article mis à jour le mardi 6 décembre 2016