Le site de Madeleine et Pascal
Tell Hariri

Mari

Une capitale sur l’Euphrate aux IIIe et IIe millénaires
5 octobre 2010, par Madeleine, Pascal
 

Créée au début du troisième millénaire, Mari a été détruite en 1760 av. J.-C. par Hammourabi de Babylone. Pendant douze siècles, elle aura donc participé à l’histoire des royaumes du Moyen-Euphrate.

Construite en brique crue selon la tradition mésopotamienne, c’est une ville dont les vestiges se sont considérablement dégradés depuis qu’ils ont été exhumés.

Canalisations en brique cuite au milieu des vestiges de brique crue qui ont fondu depuis les fouilles

L’histoire de Mari

De 2900 à 2600 - La naissance de la ville

Les prospections effectuées le long de l’Euphrate et de son affluent le Khabur ont révélé plusieurs canaux dont le plus important, issu du Khabur, rejoint l’Euphrate 120 kilomètres plus bas vers Al Bukamal. Il apparaît comme un canal de navigation facilitant la circulation entre la plaine de basse Mésopotamie et le piémont du Taurus.

La naissance de Mari et la construction de la première cité seraient donc liées à un contrôle du trafic fluvial et peut-être aussi caravanier. Les taxes perçues par la ville lui assuraient les revenus qui expliquent sa richesse, au moins à certaines époques. D’autres canaux constituaient un réseau d’irrigation destiné à une agriculture assurant la subsistance de la population dans cette zone extrêmement aride.

Le canal de navigation a également joué un grand rôle dans le développement de la métallurgie du cuivre et du bronze, très présente à Mari. La ville s’approvisionnait en cuivre et en bois à partir des ressources du Taurus et les matières premières pouvaient lui parvenir par navigation fluviale.

De 2600 à 2400 - L’essor d’une ville royale

Après une période d’éclipse, la ville est refondée à l’époque Dynastique Archaïque III. Les monuments mis à jour révèlent une ville florissante. C’est l’époque où la sculpture de Mari joue un rôle de premier plan. Mari n’est alors pas seulement liée au monde mésopotamien : elle entretient aussi des relations avec Ebla, voire Ougarit.

De 2400 à 1830 - L’héritage de l’empire akkadien

En 2250, la ville est conquise par Naram-Sin, souverain d’Akkad (Agadé) et petit-fils de Sargon d’Akkad. Les palais sont incendiés et laissés très longtemps à l’abandon. Mais Naram-Sin a installé des gouverneurs ou Shakkanakku qui embellissent et remodèlent la ville : elle prospère à nouveau pendant plus de trois siècles et cette période est particulièrement brillante. Un nouveau grand palais royal est construit. La dynastie des Shakkanakku disparaît à la fin du XIXe siècle avant notre ère.

De 1830 à 1760 - La période amorrite et l’incendie de Mari

Le souverain le plus connu de cette période est Zimri-Lin. C’est de cette époque que datent les 15 000 tablettes d’archives de Mari retrouvées dans le palais et protégées de la destruction grâce à l’incendie de la ville décidé en 1760 par son ancien allié, Hammourabi de Babylone. Par la suite, Mari s’endort et sera totalement abandonnée à l’époque séleucide.

Visite du site

Le site a été découvert en 1933 sur le Tell Hariri et régulièrement fouillé par une équipe française depuis cette date.

Cependant, les monuments de brique crue se dégradent rapidement après avoir été mis au jour. Les travaux les plus récents ont intégré les préoccupations de préservation des vestiges.

 
Une citerne en briques cuites
Une citerne en briques cuites

Une cour probablement du II<sup>e</sup> millénaire et proche du palais du III<sup>e</sup> millénaire lui-même sous un toit
Une cour probablement du IIe millénaire et proche du palais du IIIe millénaire lui-même sous un toit

L’enceinte sacrée
L’enceinte sacrée

Un long couloir entre des murs élevés conduit à l’enceinte sacrée
Un long couloir entre des murs élevés conduit à l’enceinte sacrée

Un passage
Un passage

Mari au Louvre

Le site ayant été étudié par des archéologues français, le Louvre possède une très belle collection d’objets trouvés à Mari.

 
L’intendant Ebli-il en orant. Vers 2400 av. J.-C. Époque des dynasties archaïques
L’intendant Ebli-il en orant. Vers 2400 av. J.-C. Époque des dynasties archaïques
Les fidèles avaient coutume de déposer des (...)

Panneau de mosaïque de schiste et coquille
Panneau de mosaïque de schiste et coquille
Cet ensemble date de 2500-2400 et a été trouvé (...)

Disque inscrit de Yahdun-Lim, roi de Mari
Disque inscrit de Yahdun-Lim, roi de Mari
Ce disque en terre cuite datant de 1800 av. (...)

Statue de lion en cuivre martelé. Début du deuxième millénaire.
Statue de lion en cuivre martelé. Début du deuxième millénaire.
Cette statue est en réalité un "protomé" (...)

Modèles de foies divinatoires
Modèles de foies divinatoires
Le foie était considéré en Mésopotamie comme (...)

Peinture murale dite "de l’ordonnateur du sacrifice". Vers 1780 av. J.-C.
Peinture murale dite "de l’ordonnateur du sacrifice". Vers 1780 av. J.-C.
Ce fragment appartient à une composition qui (...)

Statue d’Idi-Illum, shakannaku de Mari. Vers 2090 av. J.-C.
Statue d’Idi-Illum, shakannaku de Mari. Vers 2090 av. J.-C.
Le prince gouverneur de Mari dédia cette (...)

Jarre funéraire à décor de serpents et rosaces. Fin du troisième millénaire.
Jarre funéraire à décor de serpents et rosaces. Fin du troisième millénaire.
Cette jarre contenait le squelette d’un enfant (...)

Accéder aux notices du Louvre :

Retour à la carte de Syrie]

Le logo représente l’intendant Ebli-il en orant (vers 2400 av. J.-C.).


Article mis à jour le 1er février 2017