Le site de Madeleine et Pascal

Palmyre

Dernier ajout : 20 avril 2015.

Sous son nom sémitique de Tadmor, l’existence de Palmyre est attestée dès le XVIIIe siècle avant J.-C. dans les archives royales de Mari.

À l’époque séleucide (en 323 av. J.-C.) elle devient, sous le nom grec de Palmyre, une ville hellénistique indépendante. Elle vit alors de l’élevage et du commerce caravanier, grâce à sa position au centre d’un réseau marchand reliant directement le Levant et la Mésopotamie sans suivre les routes du croissant fertile.

JPEG - 167.1 ko
Le site et la palmeraie au coucher du soleil

Elle sera intégrée ultérieurement à l’empire romain et connaîtra son apogée aux IIe et IIIe siècles après J.-C. en tant que ville libre d’empire puis colonie romaine et plus grande puissance commerciale du Proche-Orient. Elle échappe à l’invasion des Perses sassanides grâce à l’intervention d’un de ses chefs militaires Odenat qui porte secours aux armées romaines défaites par les Sassanides et pousse jusqu’aux portes de la capitale perse Ctésiphon. La prospérité de la ville se maintient sous le règne de la reine Zénobie, veuve d’Odenat et célèbre par sa beauté et sa culture.

Palmyre devient ensuite ville de garnison romaine du IVe au VIe siècles. Elle reprend le nom de Tadmor à l’arrivée des Arabes en 634. Le temple de Baal est transformé en fortin au XIIe siècle, un marché s’installe près de la grande colonnade et la ville sombre dans l’oubli jusqu’au XVIIIe siècle où des voyageurs la redécouvrent.

Une palmeraie de Palmyre
Une palmeraie de Palmyre