Le site de Madeleine et Pascal

Bursa

La première capitale ottomane

15 avril 2008, par Madeleine, Pascal

Située en Anatolie occidentale, au pied de l’Uludag, dans la région ancienne de Bythinie, Bursa fut au XIVe siècle la capitale des premiers sultans ottomans.

La dynastie ottomane fut fondée par une tribu turque oghouze issue des rivages de la mer Caspienne qui avait conquis l’Anatolie au XIe siècle, au détriment de l’Empire romain d’orient (Empire byzantin). Cette tribu commença son extension sous le règne d’Osman Ier (Othmane en arabe, Osmanli en turc, ottoman en français), pendant que le premier sultanat turc seldjoukide s’effondrait.

En 1299, Osman conquiert la ville byzantine de Mocadène : cette date marque le début de la puissance ottomane et la constitution d’une véritable armée ottomane. Capitale des premiers sultans ottomans entre 1326 et 1361, Bursa se couvre alors de monuments. Elle restera nécropole de la dynastie ottomane lorsque le pouvoir s’installera à Édirne, jusqu’à la prise de Constantinople.

C’est l’école architecturale de Bursa qui créa la mosquée ottomane dont la salle de prière est sous coupoles et dotée de minarets très élancés, par opposition à la mosquée arabe antérieure caractérisée par une salle de prière hypostyle et un minaret plus massif. Le modèle de la mosquée ottomane fut développé à Istanbul quand les Ottomans s’y installèrent.

Bursa est aujourd’hui une ville industrielle (coton, voitures), universitaire et touristique.

JPEG - 255.1 ko
Jardins de la Muradiye


La Muradiye

La Muradiye est un ensemble des XVe et XVIe siècles qui comprend, dans un jardin ombragé, une mosquée, une médersa et un cimetière où s’élèvent onze tombeaux imposants. C’est la première nécropole de la famille ottomane. Lorsque la capitale de l’empire fut transférée à Édirne, les sultans continuèrent à se faire enterrer à Bursa et c’est seulement après la prise de Constantinople qu’ils édifièrent sans exception leurs mausolées dans cette ville.

Koza Han, le khan de la soie

Les grandes villes des routes caravanières possédaient de vastes magasins de commerce de gros qu’on appelait des fondouks ou des khans, véritables caravansérails urbains.

L’édifice, haut de deux ou trois étages, était divisé en un certain nombre d’entrepôts, de magasins et d’offices autour d’une grande cour carrée. Là se traitaient les grosses affaires et chacun de ces khans était une sorte de bourse où les grossistes entreposaient et vendaient leurs produits. Les khans étaient souvent spécialisés : on y vendait plus spécialement tissus, cristaux, denrées importées de Chine ou d’Inde, fourrures, porcelaines, soieries etc.

Yesil camii, la mosquée verte

Cette mosquée fut construite entre 1419 et 1421 à la demande du sultan Mehmed I Çelebi.

Sa façade en marbre blanc veiné de gris est très pure. De part et d’autre du portail central à haute voussure à stalactites, orné de cinq bandeaux sculptés, deux paires de fenêtres très ouvragées se découpent dans des encadrements à stalactites le long desquels courent des frises sculptées.

Retour à la carte de Turquie


Article mis à jour le dimanche 17 avril 2016