Le site de Madeleine et Pascal

Promenade à Madrid

17 novembre 2013, par Madeleine, Pascal
 

Madrid fut très anciennement peuplée, mais se développa tardivement. Elle souffrit longtemps de la splendeur de sa voisine Tolède, capitale des Wisigoths, siège d’un diocèse depuis l’époque wisigothe, puis de l’archevêché du puissant primat des Espagnes. C’est seulement au XVIe siècle que Madrid commença à se couvrir d’édifices prestigieux, lorsque Philippe II eut décidé d’en faire sa capitale, au centre de la péninsule.

Madrid Renaissance et baroque

Plaza Mayor

JPEG - 206.9 ko
La Plaza Mayor

Tout d’abord place du marché au début du XVIe siècle, la Plaza Mayor fut aménagée et reconstruite plusieurs fois d’abord sous Philippe II, par Juan de Herrera, puis sous Philippe III par Juan Gómez de Mora puis encore aux XVIIe et XVIIIe siècles suite à divers incendies qui la ravagèrent. Son état actuel date des travaux organisés entre 1790 et 1854.

Une statue équestre de Philippe III, réalisée par Jean de Bologne et achevée après sa mort par le Florentin Pietro Tacca, est installée au centre. La Casa de la Panadería, reconnaissable à ses fresques, fut édifiée à la fin du XVIe siècle sur ordre de Philippe II : c’était le siège de la corporation des boulangers.

La Plaza Mayor fut un des centres les plus actifs de Madrid au XVIIe siècle. Des spectacles de tous genres s’y tenaient : corridas, jugements de l’Inquisition, fêtes et cérémonies auxquels on assistait depuis les fenêtres et balcons. La place est accessible par six portes.

La place
La place

Casa de la Panaderia
Casa de la Panaderia

Statue de Philippe III
Statue de Philippe III

Accès à la place par l’une des arcades
Accès à la place par l’une des arcades

Autour de la place
Autour de la place

Calle Mayor
Calle Mayor

Plaza de la Villa

JPEG - 178.1 ko
Plaza de la Villa
À gauche, la Maison de Cisneros

Sur cette place se trouvent

  • l’ancien hôtel de ville,
  • la Maison de Cisneros, édifiée en 1537 par le neveu du cardinal Cisneros et décorée dans un style plateresque,
  • la Casa y Torre de los Lujanes (XVe siècle), édifice de style mudéjar où François Ier aurait résidé quelque temps après avoir été fait prisonnier en 1525 lors de la bataille de Pavie.

Une statue (1891) orne la place : il s’agit de Álvaro de Bazán y Guzman, amiral et général, héros de la bataille de Lépante qui servit Charles Quint puis Philippe II.

La Casa y Torre de los Lujanes
La Casa y Torre de los Lujanes

L’ancien Hôtel de ville
L’ancien Hôtel de ville

Álvaro de Bazán y Guzman
Álvaro de Bazán y Guzman

Plaza de la Incarnation

Couvent de l’Incarnation
Couvent de l’Incarnation

Sur cette petite place, la statue du poète et dramaturge Lope de Vega se trouve devant le monastère royal de l’Incarnation fondé en 1611 par Philippe III et Marguerite d’Autriche.

San Isidro

Cette impressionnante église baroque abrite les tombeaux de San Isidro (Isidore le laboureur [1]), patron de la ville de Madrid, et de son épouse Santa Maria Cabeza. Il s’agissait à l’origine de l’église de la Compañía de Jesús : construite entre 1622 et 1664, elle s’inspire directement de l’église du Gesú de Rome. L’édifice fut retouché au XVIIIe siècle.

San Isidro
San Isidro

La nef et le chœur
La nef et le chœur

Le chœur
Le chœur

La voûte du chœur
La voûte du chœur

Madrid au XVIIIe siècle

Palais royal

JPEG - 168.9 ko
Le palais royal de Madrid

Le Palais royal ou Palais d’Orient fut construit entre 1735 et 1755 sur ordre de Philippe V et habité par Charles III en 1764. Il remplaça l’ancien Alcazar royal détruit en 1734 par un incendie.

La place d’Orient se trouve à proximité du Palais royal et compte de nombreuses statues qui font référence à l’histoire de l’Espagne. Imaginée sous l’occupation napoléonienne, elle ne fut construite qu’en 1844. En son centre se trouve la statue équestre de Philippe IV, œuvre de bronze signée par Pietro Tacca, élève de Jean de Bologne.

Face au théâtre royal, au pied de la statue d’Isabelle II
Face au théâtre royal, au pied de la statue d’Isabelle II

Sur la Plaza Oriente, les statues des rois wisigoths
Sur la Plaza Oriente, les statues des rois wisigoths

Statue équestre de Philippe IV par Pietro Tacca
Statue équestre de Philippe IV par Pietro Tacca

Prés de la Plaza Oriente, la statue aux mères espagnoles
Prés de la Plaza Oriente, la statue aux mères espagnoles

Basilique Saint Michel

Basilique San Miguel
Basilique San Miguel

La basilique fut construite en 1739 sur les ruines d’une église médiévale. Elle se distingue par sa façade convexe flanquée de deux tours et d’un fronton, de style baroque italien.

Église San Antonio de la Florida

JPEG - 267.9 ko
San Antonio de la Florida

Construite au XVIIIe siècle, elle est dédiée à Saint Antoine de Padoue et possède une coupole peinte par Goya. Elle renferme le tombeau du peintre.

La Cibeles et la Puerta de Alcala

JPEG - 178.7 ko
Puerta de Alcala

La Cibeles
La Cibeles

La construction de la Puerta de Alcala fut décidée par Charles III, après son entrée dans la ville en 1759. La porte fut inaugurée en 1778.

Au centre de la Plaza de Cibeles se trouve la fontaine du même nom, édifiée entre 1777 et 1782.

Madrid du XIXe au XXIe siècle

La cathédrale

JPEG - 249.2 ko
Le chevet et le transept

La cathédrale Santa Maria la Real de la Almudena est édifiée à l’emplacement de ce qui fut la grande mosquée, avant qu’une église ne la remplace dès 1083. En 1885, une décision du Vatican fit de Madrid le siège d’un diocèse. Il fallut alors que la capitale se dote d’une cathédrale. Des travaux très longs aboutirent à la consécration de l’édifice en 1983. Le style mêle les canons néo-gothique, néo-byzantin et baroque.

La nef et le chœur
La nef et le chœur

Vitraux modernes et peintures de style néobyzantin
Vitraux modernes et peintures de style néobyzantin

La voûte du chœur
La voûte du chœur

Quartier du Prado

JPEG - 240.8 ko
Le musée du Prado

Le musée du Prado, Museo Nacional del Prado est l’une des plus grandes et importantes pinacothèques du monde. Il fut inauguré en 1819.

Le monument aux Héros du deux mai ou Monumento a los Héroes del Dos de Mayo se trouve le long du Paseo del Prado. Une des faces du monument abrite un sarcophage qui renferme les cendres des Madrilènes fusillés à cet endroit, le 3 mai 1808, sur ordre du général Murat, après le soulèvement du 2 mai. Des statues allégoriques représentent la Constance, le Courage, la Vertu et le Patriotisme. Au-dessus s’élève un obélisque de pierre de 46 mètres de haut. Le monument fut inauguré en 1840, mais le 22 novembre 1985, le roi Juan Carlos Ier l’inaugura à nouveau : il devenait un monument à la mémoire de tous ceux qui tombèrent pour l’Espagne, Monumento a los Caídos por España. Une flamme éternelle perpétue leur souvenir.

Monument aux Héros du 2 mai 1808
Monument aux Héros du 2 mai 1808

Goya assis
Goya assis

Goya est dans l’escalier
Goya est dans l’escalier

L’église des Hiéronymites, près du Prado
L’église des Hiéronymites, près du Prado

Buen Retiro

Le Palacio del Buen Retiro, ou Palais de la bonne retraite, était un ensemble architectural de grandes dimensions construit au XVIIe siècle sur ordre de Philippe IV d’Espagne comme résidence et lieu de détente (d’où son nom). Dégradé par les guerres napoléoniennes puis démoli, il n’est connu que par quelques vestiges, ses jardins et quelques constructions récentes :

  • le Palacio de Velázquez qui porte le nom de l’architecte qui l’édifia, entre 1881 et 1883, en vue d’une exposition,
  • le palais de cristal, édifié en 1878 pour une exposition botanique et animale.
Palacio de Velazquez
Palacio de Velazquez

Palais de cristal
Palais de cristal

Gran Via

D’imposants immeubles du XXe siècle bordent l’avenue. Le Palais des Communications fut édifié en style néogothique entre 1907 et 1909 sur la Plaza de Cibeles. Rebaptisé Palais de Cibèle, il héberge aujourd’hui la mairie de Madrid.

Le Palais des Communications
Le Palais des Communications

Plaza de España

C’est l’une des grandes places du centre de Madrid. Elle est surtout connue pour son monument dédié à l’écrivain castillan Miguel de Cervantes et pour les gratte-ciels qui la bordent : l’Edificio España et la Torre de Madrid. Construites dans les années 1950, ces deux tours révèlent un certain goût pour le gigantisme nord-américain en vogue sous la dictature franquiste.

Edificio España, au centre, et Torre de Madrid, à gauche
Edificio España, au centre, et Torre de Madrid, à gauche

Monument à Cervantès
Monument à Cervantès

Détail du monument : Don Quichotte et Sancho Pança
Détail du monument : Don Quichotte et Sancho Pança

Faro de Moncloa

JPEG - 223.9 ko
Faro de Moncloa et Arc de la victoire

Œuvre de l’architecte Salvador Pérez Arroyo, cette tour supporte les antennes de radio et communication de Madrid. Haute de 110 mètres, elle fut érigée en 1992 lorsque Madrid fut capitale européenne de la culture.

L’Arc de la Victoire, encore appelé Porte de Moncloa, est un arc de triomphe construit après la guerre civile espagnole par ordre de Francisco Franco en commémoration de sa victoire.

Temple de Debod

JPEG - 188.1 ko
Temple de Debod

Le temple d’Amon ou de Debod est un des temples de Nubie sauvés des eaux lors de l’édification du barrage d’Assouan. Il fut offert à l’Espagne par Nasser et reconstruit dans le Parque del Oeste.

Vous pouvez aussi

En logo, situé sur la Plaza de la Puerta del Sol, El Orso y el Madrono (l’ours et l’arbousier) sont le symbole utilisé par la ville de Madrid.

[1Isidore le laboureur (1080-1130), à ne pas confondre avec Isidore de Séville (vers 560-636), docteur de l’église dont les restes sont à la basilique San Isidoro de León)


Article mis à jour le 15 août 2016