Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > Espagne > Tolède > Tolède et l’architecture mudéjare

Tolède et l’architecture mudéjare

Portes, mosquées, églises et synagogues
14 novembre 2013, par Madeleine, Pascal
 

De nombreux édifices tolédans relèvent de l’architecture mudéjare et de l’art mudéjar. Le nom de mudéjars désignait les musulmans devenus sujets des royaumes chrétiens après le XIe siècle, pendant la période où ils furent tolérés, c’est-à-dire jusqu’à l’édit d’expulsion de l’Alhambra en 1492.

En architecture, les mudéjars utilisèrent des éléments spécifiques : arcs outrepassés, arcs polylobés, arcatures aveugles, clochers en forme de minarets. Les éléments décoratifs associés sont les arabesques, les stucs et les plafonds à caissons avec marqueterie appelés plafonds artesonados. Mis en œuvre dans des édifices romans, gothiques, voire Renaissance, ces éléments produisirent un style hybride dénommé style mudéjar.

La mosquée Bab al-Mardum ou mezquita Cristo de la Luz

Le chevet, rajouté lors de la transformation en église, à la fin du XIIe siècle

À l’issue de la Reconquête, la mosquée Bab al-Mardum fut transformée en l’église Cristo de la Luz. Aujourd’hui désacralisée, elle est connue sous le nom de mezquita Cristo de la Luz.

Le monument date du Xe siècle et illustre le style architectural qui s’est épanoui pendant le califat de Cordoue. Le plan de la mosquée est celui d’un carré de 8 mètres de côté, surmonté de neuf petites coupoles soutenues par des arcs outrepassés reposant sur quatre colonnes centrales. La coupole du centre est plus élevée et percée de baies, ce qui permet d’éclairer l’édifice. Lors de la transformation en chapelle chrétienne en 1187, un chevet fut ajouté, tout en respectant le style d’origine.

L’ouverture sur la rue se fait par trois arcatures outrepassées. Un décor de motifs géométriques réalisé en jouant sur la disposition des briques, orne les murs.

La façade : arcs outrepassés, arcs polylobés, arcatures aveugles
La façade : arcs outrepassés, arcs polylobés, arcatures aveugles

La salle hypostyle
La salle hypostyle

La coupole centrale, octogonale et nervurée
La coupole centrale, octogonale et nervurée

L’abside est ornée de fresques
L’abside est ornée de fresques

La synagogue El Transito

Le quartier juif de Tolède comptait une dizaine de synagogues ; il n’en subsiste que deux. L’une d’entre elles est la synagogue de Samuel Levi, trésorier du roi Pierre le Cruel. Elle date du XIVe siècle et fut convertie en iglesia El Transito ou église de la Dormition de la Vierge, après l’expulsion des Juifs en 1492.

C’est un petit édifice d’apparence extérieure relativement sobre qui surprend par sa décoration intérieure. Un beau plafond artesonado en bois de cèdre coiffe la salle rectangulaire.

La façade
La façade

L’arche sainte où sont conservés les rouleaux de la Torah
L’arche sainte où sont conservés les rouleaux de la Torah

Détail des stucs
Détail des stucs

Vue d’ensemble du plafond
Vue d’ensemble du plafond

Détail du plafond
Détail du plafond

La synagogue Sainte-Marie-la-Blanche

L’édifice comporte cinq nefs, séparées par des arcs en fer à cheval que soutiennent 24 piliers octogonaux. L’enduit blanc met en valeur les chapiteaux et la remarquable décoration de la partie supérieure. Un chœur Renaissance fut rajouté lors de la transformation en église.

Perspective des nefs
Perspective des nefs

Détail d’un chapiteau
Détail d’un chapiteau

Au-dessus des arcs outrepassés, un décor de stucs
Au-dessus des arcs outrepassés, un décor de stucs

Le chœur Renaissance
Le chœur Renaissance

L’église San Román et le musée de la culture wisigothe

L’église San Román, date du XIIIe siècle et héberge un musée dédié aux vestiges de la culture wisigothe.

L’extérieur

San Román présente un beau clocher mudéjar dont les niveaux inférieurs sont édifiés en moellons. Très dépouillés, ils contrastent avec les niveaux supérieurs réalisés en briques et dotés d’une riche décoration de style mudéjar.

L’avant-dernier étage, séparé de la base de la tour par un cordon de pierre, est percé sur chaque face de deux baies à arc outrepassé s’inscrivant sous un arc polylobé. Le dernier niveau du clocher présente deux registres ornés respectivement de petites galeries d’arcades polylobées aveugles et de triplets constitués de baies polylobées.

La tour, dont tous les niveaux sont percés de trous de boulin laissés par les échafaudages, se termine par une corniche.

La tour mudéjar
La tour mudéjar

Détail du clocher
Détail du clocher

Entrée actuelle de l’édifice, par le bas-côté
Entrée actuelle de l’édifice, par le bas-côté

Près de l’église : statue du poète Garcilaso de la Vega
Près de l’église : statue du poète Garcilaso de la Vega

L’intérieur et les fresques

L’édifice présente trois nefs. Les fresques qui recouvrent les murs datent du XIVe siècle.

Les tribunes, vues de la nef centrale
Les tribunes, vues de la nef centrale

Une coupole néoclassique fut rajoutée tardivement
Une coupole néoclassique fut rajoutée tardivement

Détail architectural à l’entrée du chœur
Détail architectural à l’entrée du chœur

Évangélistes, évêques et confesseurs
Évangélistes, évêques et confesseurs

Résurrection
Résurrection

Mur de la façade occidentale
Mur de la façade occidentale

Les collections wisigothes

Les collections sont constituées de pièces archéologiques des VIe au VIIIe siècles, essentiellement des boucles de ceinture, fibules et colliers trouvés dans des tombes. Le musée présente aussi les reproductions des couronnes votives d’un trésor wisigoth, le trésor de Guarrazar qui fut découvert près de Tolède et avait vraisemblablement été enterré lors de l’invasion arabe.

Collier en pâte de verre
Collier en pâte de verre

Sarcophage chrétien d’inspiration romaine
Sarcophage chrétien d’inspiration romaine

Promenade mudéjare : portes et autres églises

Parmi les édifices de style mudéjar, la porte Aphonse VI, également connue sous le nom d’ancienne porte de Bisagra ou Puerta Bisagra Antigua, est le seul vestige des remparts arabes et date du IXe siècle. Il s’agissait alors du principal accès à la ville. Sa structure est pratiquement intacte, car elle fut protégée par la nouvelle porte, édifiée sous Charles Quint. La façade de l’ancienne porte montre trois arcs en fer à cheval : l’arc central abrite un autre arc plus petit, également en fer à cheval, tandis que les arcs latéraux sont brisés.

Vue sur l’église Santiago de Arrabal et sur la Porte de Bisagra
Vue sur l’église Santiago de Arrabal et sur la Porte de Bisagra

L’ancienne porte de Bisagra
L’ancienne porte de Bisagra
C’est par cette porte, située au nord de la (...)

Détail de l’ancienne porte de Bisagra
Détail de l’ancienne porte de Bisagra

La Puerta del Sol est proche de la mezquita Cristo de la Luz.
La Puerta del Sol est proche de la mezquita Cristo de la Luz.

Sainte Léocadie
Sainte Léocadie

Sainte Léocadie
Sainte Léocadie
La sainte, patronne de la ville, est enterrée (...)

 Chevet de l’église san Vincente
Chevet de l’église san Vincente
Le soubassement est en pierres romaines (...)

Visiter Tolède et sa cathédrale

Visiter Tolède Renaissance et baroque

Retour à la Carte d’Espagne


Article mis à jour le 18 septembre 2016