Le site de Madeleine et Pascal
Accueil > Photos de voyages > Par pays > Europe > France > Toulouse > La basilique Saint-Sernin

La basilique Saint-Sernin

1er octobre 2021, par Madeleine, Pascal

L’histoire de la basilique Saint-Sernin est liée au martyre de Saturnin (Sernin en occitan) qui aurait été à la tête de la première communauté chrétienne de la Tolosa antique, au IIIe siècle. La redécouverte du corps de Saturnin, au début du Ve siècle, conduisit à l’édification d’un premier sanctuaire dédié à la dévotion pour le martyr. Au début du Moyen Âge, ce sanctuaire devint l’un des plus importants centres de pèlerinage de l’Occident médiéval, sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

À la fin du XIe siècle, le chantier d’une nouvelle église, qui dura plus d’un siècle, marqua la puissance de l’abbaye de chanoines qui gérait le sanctuaire.

Le cloître et la plupart des bâtiments abbatiaux furent détruits à la Révolution. Il n’en reste que l’église abbatiale, aujourd’hui élevée au rang de basilique, et l’hôpital, primitivement géré par l’abbaye et devenu par la suite un collège. Celui-ci abrite désormais le musée archéologique Saint-Raymond.

Du côté gauche de la photo ci-dessous, l’espace arboré occupe l’emplacement de l’ancien cloître de l’abbaye.

Vue d’ensemble, depuis le parvis de la basilique

De part et d’autre du portail double qui donne accès à la nef centrale, la façade de la basilique révèle, par ses pilastres et ses baies, l’existence de deux collatéraux de chaque côté de la nef.

L’extérieur

  • Le clocher et le chevet, vus depuis la rue (...)
  • Le chevet et le clocher
  • De part et d’autre du chevet, les deux bras du (...)
  • Au pied de la façade nord, les traces d’anciens
  • La porte du transept nord
  • Au pied du transept sud, deux chapelles (...)
  • Les deux étages inférieurs du clocher présentent
    Les deux étages supérieurs sont ouverts par des (...)
  • À l’extrémité du transept sud, la porte des (...)
    La porte des Comtes a été sculptée vers (...)
  • Au pied de la façade sud, des grilles marqnent (...)
  • Face à la nef sud, une porte d’époque Renaissance

L’accès principal à la basilique se trouve face à la porte Renaissance dont la photo précède. Dirigée vers la ville, c’est la porte Miègeville, nom lié à son positionnement, face au centre de la ville, mièjo vilo en occitan. Elle est la seule porte de la basilique dont le tympan est sculpté et c’est le plus ancien portail à linteau et tympan historiés attesté en France.

La porte Miègeville, le long de la façade sud


  • Au-delà de la porte Renaissance de l’abbaye : (...)
  • Le tympan sculpté représente l’Ascension du (...)
    Au linteau : les douze Apôtres
  • Détail de l’Ascension du Christ
  • Du côté droit, une paire de colonnes surmontées (...)
  • Détail d’un chapiteau : Adam et Ève au Paradis (...)
  • L’autre paire de chapiteaux, du côté gauche du (...)
    À gauche, le massacre des Innocents ; à droite, (...)
  • Sur la console : Simon le magicien, les démons (...)
    Au-dessus de la statue : deux anges qui (...)
  • De l’autre côté

L’intérieur

La nef et les deux bras du transept

La nef


  • La voûte de la nef, en plein cintre
    Les piliers sont séparés par des arcs en plein (...)
  • Détail de la galerie
  • Lors de notre visite, sept tentures offertes (...)
    La donatrice était la fille aînée de Louis XVI, (...)

  • Détail de l’une des tentures
    De l’avant-plan vers l’arrière-plan : la nef, (...)
  • Les voûtes de la nef, au niveau des stalles (...)
  • Le chœur, vu depuis les stalles des chanoines
  • Dans la nef, juste avant d’arriver à la croisée (...)
  • Au fond du chœur, dans la voûte en cul-de-four, (...)

  • Le baldaquin abritant le tombeau et la statue (...)
  • Le panneau situé devant le tombeau représente (...)
    Saturnin est en train d’être attaché à la queue (...)
  • Au pied du clocher, à la croisée du transept
    Photo prise depuis le éambulatoire
  • Un pilier de la croisée du transept, orné de (...)

  • Les voûtes du bras sud du transept
  • Détail des peintures
  • Dans le transept sud, le Christ du comte (...)
    Exceptionnel par son ancienneté et ses (...)

  • Dans le bras nord du transept, la fresque de (...)
  • La fresque de l’Agneau pascal, devant une (...)
  • Sur la contrefaçade, la tribune de l’orgue

Le déambulatoire

Dans le déambulatoire, une série d’armoires-reliquaires


  • Dans l’axe de la basilique, la chapelle du (...)
  • Dans le déambulatoire, un Christ en majesté (...)
  • Un apôtre
  • Le linteau de cette fenêtre de la crypte est (...)

,

  • Dans la crypte : la chapelle de la Sainte-Épine
  • Le baldaquin du chœur, vu depuis le déambulatoire
  • Le côté sud du déambulatoire, vu depuis le (...)

Dans les collatéraux

  • Dans un collatéral sud, entre la nef centrale, (...)
  • Brique et pierre sur un pilier d’un collatéral
  • Saint Saturnin, à la façon d’une icône

Dans le collatéral nord sont alignés des bustes reliquaires de divers saints.

  • Saint Louis de Toulouse
  • Sainte Agathe
  • Saint Grégoire-le-Grand, pape
  • Saint Vincent de Paul
  • Dans une niche, saint Roch

Enfin, deux éléments (cuve et couvercle) issus de deux sarcophages paléochrétiens datés du IVe ou du Ve siècle étaient réunis pour former un sarcophage où ont été déposés des corps datés des Xe au XIIe siècles. Il pourrait s’agir de corps de comtes de Toulouse. Cet ensemble se trouvait, à l’extérieur de la basilique, dans l’enfeu dit des Comtes de Toulouse.

Ensemble provenant de l’enfeu des Comtes de Toulouse situé à l’extérieur de la basilique


Article mis à jour le jeudi 30 décembre 2021