Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Nos racines > Lille > Le p’tit quinquin

Le p’tit quinquin

L’canchon - dormoire de Desrousseaux
25 mai 2009, par Pascal
 



« Dors min p’tit quinquin,
Min p’tit pouchin,
Min gros rojin ;
Te m’f’ras du chagrin
Si te n’dors point ch’qu’à d’main. » [1]
 
Ainsi l’aut’jour eun’pauv’dintellière,
In amiclotant sin p’tit garchon
Qui, d’puis tros quarts d’heure, n’faijot qu’braire,
Tachot d’l’indormir par eun’ canchon.
Ell’li dijot : « Min Narcisse,
D’main t’aras du pain n’épice,
Du chuc à gogo,
Si t’es sache et qu’te fais dodo. »
 
au refrain
 
« Et si te m’laich’ faire eun’ bonn’ semaine,
J’irai dégager tin biau sarrau,
Tin patalon d’drap, tin giliet d’ laine ...
Comme un p’tit milord te s’ras farau !
J’ t’acat’rai, l’jour de l’ducasse,
Un porichinell’ cocasse,
Un turlututu
Pour juer l’air du capiau-pointu. »
 
au refrain
 
« Nous irons dins l’cour Jeannette-à-Vaques,
Vir les marionnett’s. Comm’ te riras,
Quand t’intindras dire : « Un doup’ pou Jacques ! » [2]
Pa’ l’porichinell’ qui parl’ magas ! [3]
Te li mettras dins s’menotte,
Au lieu d’doupe, un rond d’carotte ! [4]
I t’dira : Merci !
Pins’ comm’ nous arons du plaisi ! »
 
au refrain
 
« Et si par hasard sin maîte s’fâche,
Ch’est alors Narciss’ que nous rirons !
Sans n’n avoir invi’, j’prindrai m’n air mache,
J’li dirai sin nom et ses sournoms,
J’li dirai des fariboles,
I m’in répondra des drôles,
In fin, un chacun
Verra deux pestac’ au lieu d’un ... »
 
au refrain
 
« Allons serr’ tes yeux, dors min bonhomme,
J’vas dire eun’ prière à P’tit-Jésus,
Pour qu’i vienne ichi pindant tin somme,
T’fair’ rêver qu’j’ai les mains plein’s d’écus.
Pour qu’i t’apporte eun’coquille,
Avec du chirop qui guile
Tout l’long d’tin minton ...
Te pourléqu’ras tros heur’s de long ! »
 
au refrain
 
« L’mos qui vient, d’Saint-Nicolas ch’est l’fiête,
Pour sûr, au soir, i viendra t’trouver.
I t’fra un sermon et t’l’aich’ra mette
In d’zous du balot, un grand painnier.
I l’rimplira, si t’es sache,
D’ séquois qui t’rindront bénache,
Sans cha, sin baudet
T’invoira un grand martinet. »
 
au refrain
 
Ni les marionnettes ni l’pain n’épice
N’ont produit d’effet. Mais l’martinet
A vit’ rappajé l’petit Narcisse,
Qui craingnot d’vir arriver l’baudet.
Il a dit s’canchon-dormoire ...
S’mèr’ l’a mis dins s’n ochennoire,
A r’pris sin coussin,
Et répété vingt fos che r’frain ...
 
au refrain

[1Chansons et pasquilles lilloises, Desrousseaux, Lille, 1884.

[2Jacques, nom donné à Polichinelle dans nos théâtres de marionnettes ; un doupe, c’est un liard.

[3Parler comme les enfants : ze pour je ; dans le Valenciennois on dit parler gaga.

[4Peu de gens étant disposés à augmenter le prix de leur entrée, on donnait des morceaux de sucre, des fragments de tartines ou de couques-baques et même des ronds de carottes.


Article mis à jour le 1er avril 2016