Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Nos racines > Lille > Le p’tit quinquin

Le p’tit quinquin

L’canchon - dormoire de Desrousseaux
25 mai 2009, par Pascal
 



« Dors min p’tit quinquin,
Min p’tit pouchin,
Min gros rojin ;
Te m’f’ras du chagrin
Si te n’dors point ch’qu’à d’main. » [1]
 
Ainsi l’aut’jour eun’pauv’dintellière,
In amiclotant sin p’tit garchon
Qui, d’puis tros quarts d’heure, n’faijot qu’braire,
Tachot d’l’indormir par eun’ canchon.
Ell’li dijot : « Min Narcisse,
D’main t’aras du pain n’épice,
Du chuc à gogo,
Si t’es sache et qu’te fais dodo. »
 
au refrain
 
« Et si te m’laich’ faire eun’ bonn’ semaine,
J’irai dégager tin biau sarrau,
Tin patalon d’drap, tin giliet d’ laine …
Comme un p’tit milord te s’ras farau !
J’ t’acat’rai, l’jour de l’ducasse,
Un porichinell’ cocasse,
Un turlututu
Pour juer l’air du capiau-pointu. »
 
au refrain
 
« Nous irons dins l’cour Jeannette-à-Vaques,
Vir les marionnett’s. Comm’ te riras,
Quand t’intindras dire : « Un doup’ pou Jacques ! » [2]
Pa’ l’porichinell’ qui parl’ magas ! [3]
Te li mettras dins s’menotte,
Au lieu d’doupe, un rond d’carotte ! [4]
I t’dira : Merci !
Pins’ comm’ nous arons du plaisi ! »
 
au refrain
 
« Et si par hasard sin maîte s’fâche,
Ch’est alors Narciss’ que nous rirons !
Sans n’n avoir invi’, j’prindrai m’n air mache,
J’li dirai sin nom et ses sournoms,
J’li dirai des fariboles,
I m’in répondra des drôles,
In fin, un chacun
Verra deux pestac’ au lieu d’un … »
 
au refrain
 
« Allons serr’ tes yeux, dors min bonhomme,
J’vas dire eun’ prière à P’tit-Jésus,
Pour qu’i vienne ichi pindant tin somme,
T’fair’ rêver qu’j’ai les mains plein’s d’écus.
Pour qu’i t’apporte eun’coquille,
Avec du chirop qui guile
Tout l’long d’tin minton …
Te pourléqu’ras tros heur’s de long ! »
 
au refrain
 
« L’mos qui vient, d’Saint-Nicolas ch’est l’fiête,
Pour sûr, au soir, i viendra t’trouver.
I t’fra un sermon et t’l’aich’ra mette
In d’zous du balot, un grand painnier.
I l’rimplira, si t’es sache,
D’ séquois qui t’rindront bénache,
Sans cha, sin baudet
T’invoira un grand martinet. »
 
au refrain
 
Ni les marionnettes ni l’pain n’épice
N’ont produit d’effet. Mais l’martinet
A vit’ rappajé l’petit Narcisse,
Qui craingnot d’vir arriver l’baudet.
Il a dit s’canchon-dormoire …
S’mèr’ l’a mis dins s’n ochennoire,
A r’pris sin coussin,
Et répété vingt fos che r’frain …
 
au refrain

[1Chansons et pasquilles lilloises, Desrousseaux, Lille, 1884.

[2Jacques, nom donné à Polichinelle dans nos théâtres de marionnettes ; un doupe, c’est un liard.

[3Parler comme les enfants : ze pour je ; dans le Valenciennois on dit parler gaga.

[4Peu de gens étant disposés à augmenter le prix de leur entrée, on donnait des morceaux de sucre, des fragments de tartines ou de couques-baques et même des ronds de carottes.


Article mis à jour le 1er avril 2016