Le site de Madeleine et Pascal

Sur l’île de Séhel

Le domaine d’Anoukis

14 décembre 2020, par Madeleine, Pascal

L’île de Séhel est située un peu en amont d’Assouan mais en aval du Barrage d’Assouan. C’est un site rupestre qui compte environ 300 inscriptions, de toutes les périodes, gravées sur des blocs de granite.

Certaines inscriptions ont été laissées par les voyageurs au début ou à la fin de leur voyage vers la Nubie. La plus célèbre de ces inscriptions est la Stèle de la famine.

Sur l’île on vénérait depuis l’Ancien Empire la déesse Anoukis, fille de Rê qui veillait au bon déroulement de la crue du Nil. Au Nouvel Empire, Anoukis devint la parèdre du dieu Khnoum, constituant, avec la déesse Satis dont elle est la fille, la triade d’Éléphantine.

Arrivée sur l’île de Séhel

L’île se trouve face à des carrières de granite de la rive droite comme le montre la vue panoramique ci-dessous (cliquer sur l’image suivante pour l’agrandir).

(Vue vers la rive droite du Nil)
Vue vers la rive droite du Nil

Peu après avoir débarqué sur l’île, on découvre, en montant vers un chaos de blocs de granite, un premier groupe d’inscriptions rupestres.


  • Un personnage salue Amon, assis sur son trône (...)
  • En haut : le cartouche d’Amenhotep II
    En bas, un personnage vénère Anoukis qu’on (...)
  • En haut à droite, c’est encore Anoukis
  • À nouveau Khnoum, Satis et Anoukis

En poursuivant la montée et en franchissant un vallon on atteint un autre versant.

On découvre bientôt le panorama de la première cataracte (cliquer sur l’image qui suit pour l’agrandir) avec ses nombreux chaos de granite.

(Vue vers la première cataracte)
Vue vers la première cataracte

C’est à proximité de cet endroit que se trouve la Stèle de la famine : l’inscription est d’époque ptolémaïque mais elle relate une famine de sept années qui daterait du règne du roi Djéser (premier roi de la IIIe dynastie, Ancien Empire). La raison pour laquelle un évènement aussi ancien aurait été relaté aussi tardivement reste mal comprise.

La stèle de la famine

Au-dessus du texte, la gravure représente à nouveau une scène d’adoration devant Khnoum, Satis et Anoukis.

En quittant l’île de Séhel


Article mis à jour le dimanche 31 janvier 2021