Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > Égypte > Kom Ombo, le domaine de Sobek et Haroëris

Kom Ombo, le domaine de Sobek et Haroëris

Un temple dédié à deux triades

11 décembre 2020, par Madeleine, Pascal

Le temple de Kom Ombo est situé entre Edfou et Assouan. Un premier temple semble avoir été construit dès le Nouvel Empire par Thoutmôsis III. Cependant, l’occupation du site pourrait même remonter à l’Ancien Empire.

Le temple actuel date de l’époque ptolémaïque et romaine. Il est dédié à deux triades divines, ce qui est un cas unique :

  • le dieu-faucon Haroëris (Horus l’Ancien ou Horus le Grand, Hor Our pour les Égyptiens), son épouse Tasentnefret (forme locale d’Hathor) et le dieu-fils Panebtaouy,
  • le dieu-crocodile Sobek, la déesse Hathor et le dieu-fils Khonsou. Maître des eaux, Sobek est le dieu qui irrigue les champs, symbole de la fertilité à venir.

L’architecture d’ensemble

La cour à péristyle, vue en direction du Nil

Le temple se trouve en bordure du Nil. Son entrée était une porte monumentale construite sous Ptolémée XII. Elle a presque complètement disparu en raison de la proximité du fleuve et des séismes. Il en subsiste un pilier ruiné qu’on voit sur la photo précédente et une cour dont la périphérie est rythmée par de puissantes colonnes datant du règne de l’empereur Tibère (r. 14-3) qui conservent un très beau décor gravé et peint. En arrière-plan de la photo précédente, on voit aussi le mur de briques qui faisait le tour du domaine du temple.

  • Décor d’une colonne de la cour
  • Détail de la colonne précédente

Le fond de la cour est marqué par une série de colonnes séparées par des murs-bahuts. Deux portes donnent accès au pronaos : à gauche, on marche vers Haroëris et, à droite, on s’avance vers Sobek.

  • Les deux accès au pronaos
  • Vue d’ensemble de la façade du pronaos, avec (...)
  • Les chapiteaux des trois colonnes qui (...)

La double dédicace du temple a engendré une architecture particulière : la cour, le pronaos, la salle hypostyle et les trois vestibules constituent des parties communes dans lesquelles on pénètre à chaque fois par deux portes situées de part et d’autre de l’axe médian. Au-delà, le temple se prolonge par deux séries de salles et chapelles indépendantes, jusqu’aux deux sanctuaires.

  • Aperçu d’une double porte, depuis l’extérieur (...)
    Photo 2000
  • Dans les deux sanctuaires, les seuls vestiges (...)
  • Vue depuis le sanctuaire de Sobek en direction de
  • Enfilade de portes, vue depuis le sanctuaire (...)

  • Vue depuis l’extérieur du temple : de droite à (...)
  • Les colonnes de la salle hypostyle

Décors intérieurs et extérieurs

La qualité de la sculpture et le rendu des volumes sont tout-à-fait exceptionnels. De nombreux textes commentent les situations qui sont figurées. Plusieurs scènes sont quasiment identiques à des scènes vues à Edfou.

Au revers du mur d’entrée dans le pronaos

Sur la scène précédente, les deux déesses Ouadjet et Nekhbet coiffent Ptolémée XII de la couronne royale. Sobek et Hathor assistent à la scène.

  • Détail de la scène précédente : Sobek est coiffé (...)
  • Sur l’embrasure d’une des portes du pronaos, (...)
  • Sur la même embrasure : des divinités-cobras (...)
  • Les déesses Mout et Isis à tête de lionne (...)
    Ce panneau se trouve au revers du mur d’entrée (...)
  • Scène d’un mur du pronaos : Thot et Horus de (...)
    Les gouttelettes d’eau sont des croix ankh (...)
  • Quelques enseignes : détail d’une scène de (...)
    À l’avant : Oupouaout, "celui qui ouvre les (...)
  • Le roi Ptolémée VI et son épouse devant Khonsu (...)
    Scène d’un des vestibules. Le signe en forme de (...)
  • En-dessous de la scène précédente, hiéroglyphes (...)
  • Dans la salle hypostyle, le crocodile Sobek (...)
    À l’arrière-plan, le pronaos.
  • Dans la salle hypostyle : le roi fait une (...)
  • Détail du panneau précédent : la table d’offrande
  • Hathor-Tasentnefret
  • Haroëris remet l’épée de victoire au roi Ptolémée (...)
    Cette scène se situe dans la salle hypostyle
  • Offrande de divers objets : une croix ahkh, (...)
    Détail d’une scène du premier vestibule
  • Le roi purifie le temple en jetant dessus des (...)
    Tasentnefret est représentée comme Hathor. (...)
  • Dans un des vestibules, le calendrier égyptien

Décors du couloir de circulation

Le couloir de circulation

Entre le temple et sa première enceinte se trouve un couloir de circulation. La première photo ci-dessous montre des instruments médicaux et chirurgicaux. Elle renvoie à à une légende selon laquelle Haroëris, parfois victime de cécité et néanmoins chargé de lutter contre les ennemis de Rê, extermine non seulement les puissances maléfiques mais parfois, par mégarde, des divinités bienfaisantes. Pour éviter les conséquences désastreuses de ces méprises, une série d’instruments gravés sur le mur du temple sont censés soigner symboliquement le dieu.

  • Pinces, ciseaux, tenailles, scalpels, (...)
  • Détail d’une scène cultuelle gravée en haut-relief
  • Un peu à l’écart, l’escalier qui descend vers le (...)

Le musée des crocodiles

Un petit musée rassemble des vestiges témoins du culte qui était rendu aux crocodiles dans le voisinage du temple.

La présence de crocodiles dans le Nil était en effet pour les Égyptiens l’annonce d’une crue favorable aux récoltes : les crocodiles étaient donc des animaux sacrés.

  • Œufs de crocodiles
  • Momies de crocodiles
  • Stèle gravée de scènes d’offrande à la divinité (...)
  • Bloc orné de deux crocodiles


()

(2000)
2000


Article mis à jour le lundi 18 janvier 2021