Le site de Madeleine et Pascal

Le temple de Louxor

22 novembre 2020, par Madeleine, Pascal

()

Le temple de Louxor était dédié à la triade thébaine, Amon, le dieu dynastique, son épouse Mout et leur fils Khonsou, mais surtout au ka divin du roi et à la forme génitrice du dieu sous sa manifestation d’Amon-Min, le dieu ithyphallique.

Complémentaire du temple de Karnak, le temple de Louxor servait essentiellement à l’occasion de la Belle fête d’Opet, d’où son nom d’Opet du sud. Lors de cette célébration, le dieu Amon-Rê venait de Karnak dans sa barque, accompagné de Mout et Khonsou, à la rencontre d’Amon-Min auprès duquel il se régénérait.

Le temple de Louxor est principalement l’œuvre des rois Aménophis III (XVIIIe dynastie) qui le fit édifier et Ramsès II (XIXe dynastie) qui le fit prolonger du côté de l’entrée. Les deux parties du temple sont désaxées l’une par rapport à l’autre comme il apparaît sur les billets d’entrée.

La construction d’Aménophis III fut commandée à l’architecte du roi, Amenhotep fils de Hapu, qui remania sans doute un temple plus ancien. Il édifia un temple complet avec, en enfilade depuis le fond du temple : un naos, un sanctuaire de la barque solaire, une salle des offrandes et une salle hypostyle.

Cette partie sacrée était précédée d’une vaste cour à péristyle, la cour solaire. Et on pénétrait dans le temple par une colonnade processionnelle d’accueil haute de plus de vingt mètres et couverte : elle formait donc un kiosque monumental marquant l’entrée du temple.

Ramsès II fit compléter cet ensemble par une cour à péristyle bordée de statues colossales, elle-même précédée d’un immense pylône, devant lequel s’alignaient des colosses à l’effigie royale, et de deux obélisques dont un seul subsiste puisque l’autre fut offert à la France en 1830 par le vice-roi Méhemet Ali.

La vue d’ensemble ci-dessous montre, de la gauche vers la droite

  • l’obélisque de Ramsès II situé devant le grand pylône qui précède la cour de Ramsès II,
  • la partie due à Aménophis III, à savoir la grande colonnade et la cour solaire, au-delà de laquelle se trouvent une salle hypostyle et les sanctuaires.

    Le temple de Louxor vu du Nil

L’entrée est précédée d’une allée processionnelle qui s’étendait sur environ deux kilomètres depuis Karnak jusqu’à Louxor. Cette allée était initialement bordée de sphinx à tête de bélier. Les sphinx proches du temple de Louxor furent remplacés tardivement par des sphinx à tête humaine par Nectanebo Ier, roi de la XXXe dynastie (r. 380-362 av. J.-C.).

L’allée des sphinx : vue en direction du temple de Louxor - Photo 2000


L’allée des sphinx : vue en direction de Karnak - Photo 2020

Le pylône d’entrée

  • L’obélisque de Ramsès II et la partie centrale (...)
    Au pied de l’obélisque, quatre babouins alignés (...)
  • Au premier plan, un colosse de Ramsès II, (...)
  • La statue osiriaque de gauche est une (...)
    Les encoches dans le mur du pylône marquent (...)
  • Statue de Ramsès II debout
    À droite, l’obélisque et un des babouins.
  • Ramsès II sur son char lors de la bataille de (...)
    Lors de cette bataille qui se déroula sur (...)

  • Deux colosses de Ramsès II, assis de part et (...)
  • Entrons…

La cour de Ramsès II

(Plan de la cour de Ramsès II)
Plan de la cour de Ramsès II

Sur le plan ci-contre, le pylône d’entrée apparaît en haut de la photo, tandis que l’accès à la colonnade d’Aménophis III est en bas.

La cour de Ramsès II est bordée d’une double colonnade et certains des espaces entre les colonnes sont occupés par des statues du roi debout.

(Entre les deux massifs du pylône)
Entre les deux massifs du pylône

La colonnade fait le tour de la cour, à l’exception de son angle nord où subsiste une partie d’une construction dédiée aux trois divinités, probablement édifiée sous le règne d’Hatchepsout. Elle est désignée sur le plan sous le nom de tripartite shrine. Cet édifice ne fut pas détruit par Ramsès qui dut s’adapter à sa présence en l’intégrant à la nouvelle construction : c’est ce qui explique que la cour de Ramsès II et le pylône se soient trouvés désaxés par rapport au temple d’Aménophis III.

Un autre édifice apparaît sur le plan, dans l’angle oriental de la cour. Sa construction a respecté la colonnade de Ramsès II. Il s’agit d’une mosquée construite au XIe siècle : elle est donc postérieure de plus de 2000 ans au temple de Louxor et fut d’ailleurs édifiée par-dessus une église copte.

La photo de droite montre ainsi, entre les deux massifs du pylône

  • immédiatement à gauche, deux colonnes suivies d’un des murs de la mosquée,
  • immédiatement à droite, un des murs du temple tripartite,
  • et au loin, se détachant sur le ciel, l’accès à la colonnade d’Aménophis III que précède une statue colossale de Ramsès II assis, qui marque le fond de la cour de Ramsès II.

La cour de Ramsès II, vue depuis son angle nord

  • L’angle sud de la cour
  • Les statues royales portent alternativement (...)
  • Ici, le pschent

  • La mosquée occupe l’angle oriental de la (...)
    À l’arrière-plan à gauche, un massif du pylône et (...)
  • Les colonnes situées entre la mosquée et le (...)
  • La mosquée est édifiée sur les fondations de (...)
    Le niveau auquel ces édifices furent construits

  • Au premier plan, une colonne fasciculée de la (...)
    À l’arrière plan, les colonnes à fût lisse de (...)
  • Un linteau dans le temple tripartite
    Le roi court à la rencontre d’Amon.
  • Vue vers le mur du nord-ouest
    Le roi, à gauche, fait une offrande à Amon, (...)
  • Décor d’une colonne le long du mur nord-ouest
    Le roi fait une offrande à Amon-Min.
  • Sur ce même mur, des bovins sont emmenés au (...)
    Le crâne de l’un d’entre eux est comme coiffé (...)


  • Au fond de la cour, Ramsès II assis : c’est la (...)
  • La même statue : à gauche, le début de la (...)
  • Tête du colosse assis

  • Au pied de la statue royale, la reine Néfertari
  • Sur le trône, le sema-taouy, emblème des Deux (...)
    Le nœud est maintenu serré par l’effigie, (...)
  • Sur le socle, des captifs asiatiques
  • Des captifs nubiens

La salle de la colonnade d’Aménophis III

Cette salle constituait l’entrée solennelle du temple d’Aménophis III. Elle apparaît aujourd’hui comme une double rangée de sept colonnes à fût lisse de plus de 15 mètres de hauteur. Elle a perdu sa couverture et une grande partie de ses murs. Il faut donc l’imaginer comme une salle fermée et couverte, ouverte au deux bouts.

  • À l’entrée de la salle, vers la gauche, une (...)
  • À l’entrée de la salle, à droite, Amon et son (...)
  • Sous la colonnade, vue en direction de la (...)
    Au loin, la salle hypostyle
  • Sous la colonnade ; vue en direction du (...)


Vue de la colonnade depuis l’entrée de la cour d’Aménophis III - Photo 2000 - Zoom -

La cour solaire d’Aménophis III

Cette cour à ciel ouvert, d’une cinquantaine de mètres de côté, est entourée sur trois côtés d’un portique à double rangée de colonnes fasciculées. Le quatrième côté est constitué des premières rangées de colonnes de la salle hypostyle. La photo précédente montre que, du côté de la colonnade d’Aménophis III, il ne subsiste plus que la base des colonnes.

  • L’aile sud-est du portique entourant la cour à (...)
    La salle hypostyle se trouve dans l’ombre, à (...)
  • Les colonnes fasciculées, en forme de papyrus (...)
  • L’architrave

Vue vers l’entrée du temple depuis le fond de la cour à ciel ouvert d’Aménophis III

C’est dans cette cour que des fouilles ont mis à jour en 1989 un trésor qui renfermait une vingtaine de statues en excellent état dont certaines remontent à l’époque de Thoutmosis III. Elles sont exposées au Musée de Louxor où elles constituent la cachette de Louxor.

La salle hypostyle et le vestibule

La salle hypostyle est constituée de deux groupes de seize colonnes (quatre rangées de quatre colonnes) situés de part et d’autre de l’axe du temple. Elle a conservé un certain nombre de ses architraves. Elle est suivie d’un ensemble de salles couvertes dont la première est un vestibule.

La salle hypostyle, vue depuis l’entrée du vestibule

Le vestibule, lui aussi hypostyle, fut transformé vers l’an 301 en chapelle du culte impérial, la salle du Divin roi, par la garnison romaine établie à Louxor par l’empereur Dioclétien. On recouvrit en particulier le mur du fond du vestibule d’une couche d’enduit et de peintures représentant une allocution de l’empereur, alors occupé à réorganiser la défense en Haute Égypte.

  • La salle hypostyle, vue depuis la cour à ciel (...)
    Photo 2000
  • Le vestibule : vue en direction de l’entrée
    La photo est prise depuis l’entrée de la salle (...)
  • Au fond du vestibule, une niche, soulignée de (...)
    L’ouverture débouche dans la salle des (...)
  • Sur le mur du fond, un groupe de Romains
  • Dans l’angle ouest du mur du fond

Les sanctuaires et les salles environnantes

Le vestibule est suivi de la salle des offrandes.

Le sanctuaire principal était à l’origine une petite salle hypostyle servant de reposoir pour la barque d’Amon-Rê. Mais un sanctuaire à Alexandre fut construit mille ans plus tard à l’intérieur de cette salle et les colonnes supprimées.

À proximité se trouve une salle illustrée d’une théogamie.

  • Décors de la salle des offrandes
    On aperçoit le plafond du vestibule, en haut à (...)
  • L’espace situé entre le sanctuaire principal (...)
  • Scène de la paroi extérieure est du sanctuaire (...)
    Le dieu Montou représenté avec une tête de (...)
  • Dans le sanctuaire d’Alexandre : la scène (...)
    Vers la gauche : Amon-Rê, derrière lequel se (...)
  • Scène de théogamie : le dieu Amon rend visite à (...)
    Les protagonistes sont assis l’un en face de (...)

()


Article mis à jour le mercredi 16 décembre 2020