Le site de Madeleine et Pascal

Dans la citadelle de Saladin, la mosquée de Mohamed Ali

Dans la citadelle médiévale, une mosquée ottomane

5 août 2020, par Madeleine, Pascal

En 1167, Nur-ed-Din, atabeg (gouverneur) de Mossoul et Alep au service du calife abbasside, envoie pour la seconde fois un de ses généraux au Caire afin d’y rétablir le califat fatimide face aux attaques des Francs. Ce dernier y est accompagné par son neveu, Salah al-Din ou Saladin, qui s’illustre dans les combats.

À la mort de son oncle, Saladin est nommé vizir du calife fatimide. Profitant par la suite de la mort du calife, Saladin s’installe en maître en Égypte et fait édifier une muraille de vingt kilomètres de périmètre pour protéger les villes de Fostat et Al-Caira. À l’intérieur de celle-ci se dresse une citadelle, construite de 1173 à 1183, qui domine la ville et depuis laquelle Saladin gouverne l’Égypte et bientôt les régions de Damas et d’Alep. Saladin sera aussi l’artisan de la reconquête de Jérusalem et des royaumes francs.

Vue depuis les quartiers nord de la ville

Ci-dessus, à gauche : la citadelle de Saladin, sur laquelle se profilent aujourd’hui les coupoles et minarets effilés de la mosquée de Mohamed Ali, domine les quartiers islamiques du Caire qui s’étendent à ses pieds en direction du Nil.

La citadelle de Saladin a servi de siège du gouvernement jusqu’au XXe siècle.

Arrivée à la citadelle de Saladin

La photo ci-dessus montre l’aspect extérieur de la citadelle, profondément remaniée au fil des siècles. On y voit en particulier la silhouette de deux mosquées :

  • les coupoles et minarets de la mosquée de Mohamed Ali,
  • le dôme, couvert de céramique émaillée verte, de la mosquée du sultan al-Nasir Mohamed ibn Qalawun.

La mosquée de Mohamed Ali

En 1830, le pacha Mohamed Ali, vice-roi d’Égypte au service de l’empereur ottoman, décide la construction d’une mosquée à l’intérieur de la citadelle du Caire.

Celle-ci est édifiée dans le style architectural ottoman à l’image des grandes mosquées impériales d’Istanbul et plus particulièrement de la Mosquée bleue de la capitale ottomane.

Ci-contre, dans la citadelle, une plaque à l’effigie de Mohamed Ali représenté devant la mosquée qui porte aujourd’hui son nom.

L’étagement des coupoles, caractéristique de la mosquée de style ottoman

  • La façade sud : les deux minarets les plus (...)
  • La cour et le pavillon des ablutions, de (...)
  • Vue rapprochée du pavillon des ablutions
  • Une aile du portique

  • Un des quatre puissants piliers qui soutiennent
  • La coupole est contrebutée par quatre demi-coupoles
  • La coupole et trois demi-coupoles

  • Une demi-coupole et ses trompes
  • Sous les demi-coupoles, un mur éclairé par de (...)
  • Le mirhab et deux minbars

Depuis le parvis de la mosquée, on domine la ville du Caire.


Très loin au-delà des fumées du Caire, les pyramides de Gizeh

La mosquée étant située en hauteur, son élégante silhouette est visible de loin et même de très loin dans le ciel du Caire.


La mosquée du sultan al-Nasir Mohamed ibn Qalawun

Al-Nasir Mohamed ibn Qalawun est un sultan mamelouk qui régna à trois reprises à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècles. Il fit édifier en 1318 une mosquée royale à l’intérieur de la citadelle de Saladin. De plan arabe, à une seule coupole et de style ornemental mamelouk, elle se trouve à proximité de la mosquée de Mohamed Ali.

Dans la citadelle : au loin, la mosquée du sultan al-Nasir Mohamed ibn Qalawun


  • De l’autre côté de la cour de la mosquée, la (...)
  • Depuis le portique, vue vers le minaret
  • Ornementation du minaret
  • Dans la salle de prière
  • Le mirhab en marbre polychrome


Article mis à jour le mardi 1er septembre 2020