Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > Europe > Prague > La Vieille Ville, cœur historique de Prague

La Vieille Ville, cœur historique de Prague

De l’horloge astronomique à la Maison municipale

8 février 2020, par Madeleine, Pascal

La Vieille Ville est le centre historique de Prague. Du Moyen Âge au XXe siècle, des monuments racontent l’histoire du peuple tchèque, à travers l’architecture et les mouvements artistiques de toutes les époques.

La très vaste place de la Vieille Ville où se trouvait l’Hôtel de Ville avant les bombardements de 1945 est située au cœur de ce centre historique. On y trouve l’horloge astronomique, le mémorial de Jan Huss, les églises Saint-Nicolas-de-la-Vieille-Ville, Notre-Dame devant le Týn et la basilique Saint-Jacques-le-Majeur, toute proche. Le nouvel Hôtel de Ville n’est pas très éloigné tandis que la Maison municipale est un peu à l’écart.

Le quartier juif de Josefov et le couvent Agnès de Bohème font partie de ces anciens quartiers mais sont présentés par ailleurs.

La place de la Vieille Ville : l’horloge astronomique et le mémorial de Jan Huss

La place de la Vieille Ville

La photo ci-dessus ne montre qu’une partie de la place : l’horloge astronomique est à gauche et l’église Notre-Dame devant le Týn est en arrière-plan, à droite.

La place est entourée de belles maisons.

  • Un immeuble Sécession (ou Art nouveau) qui (...)
  • Fronton de la maison précédente
  • La maison Storch, ornée d’une représentation de (...)
  • Face à l’horloge astronomique
  • À gauche, le palais Kinský, construit en 1755 (...)

L’horloge astronomique se trouve sur le mur sud de la tour de l’ancien Hôtel de Ville.

  • La tour de l’ancien Hôtel de Ville au crépuscule
  • La tour fut ajoutée en 1364 à ce qui était (...)
  • L’horloge astronomique fut construite vers (...)
  • Le cadran supérieur est une horloge à 24 heures (...)
  • Le cadran du bas affiche les signes du (...)
  • Deux personnages, d’un côté du cadran inférieur
  • De l’autre côté, un ange brandit une épée
  • Deux personnages à côté du cadran supérieur : (...)

Le monument à Jan Huss

Jan Huss, réformateur religieux né vers 1370 et mort sur le bûcher en 1415 prêchait en Bohème, royaume relevant alors du Saint-Empire romain germanique. Sur la place de la Vieille Ville, la statue monumentale qui commémore son martyre fut inaugurée en 1915, pour le cinquième centenaire de sa mort.

Le mémorial de Jan Huss

Le contexte de la prédication de Jan Huss est celui d’une période où le haut clergé catholique était riche, corrompu et d’origine allemande. Ces travers rendirent la population tchèque réceptive aux idées de ce prêtre qui, tout en affirmant respecter le pape et la doctrine catholique, critiquait la mainmise du haut clergé sur son pays. Dénoncé comme hérétique, il fut excommunié par le pape en 1410, convoqué devant le concile de Constance, arrêté, jugé et brûlé vif en 1415. La population tchèque se souleva, suite à sa mort, de 1419 à 1436, et fut sauvagement réprimée par la chevalerie allemande lors des croisades hussites.

Jan Huss est considéré comme un des précurseurs de la réforme protestante du XVIe siècle.

  • Jan Huss est représenté parmi ses adeptes, (...)
  • Au-delà du monument, l’église Saint-Nicolas est (...)

L’église Saint-Nicolas-de-la-Vieille-Ville

L’église Saint-Nicolas à l’entrée de l’avenue de Paris

Le bâtiment actuel fut construit dans les années 1732-1737 à l’emplacement d’une église médiévale incendiée.

C’est là qu’en 1920 fut fondée l’Église tchécoslovaque hussite qui gère toujours cette église. La paroisse Saint-Nicolas-de-la-Vieille-Ville reprend ainsi l’héritage du réformateur Jan Huss.

  • La façade avec deux tours-clochers et une (...)

L’église Notre-Dame de Týn et la cour de Týn

Le chevet et une des tours, vus de la cour du Týn

L’église Notre-Dame de Týn - ou devant le Týn - domine le quartier de la Vieille Ville de ses deux tours. Elle doit son nom à la cour du Týn, une ancienne cour de marchands située à proximité.

L’église Notre-Dame de Týn au crépuscule, vue de la place de la Vieille Ville

La construction de l’église commença vers 1350, sous le règne de Charles IV. Elle est l’œuvre, pour sa partie gothique, de l’architecte français Mathieu d’Arras, par ailleurs premier architecte de la cathédrale Saint-Guy.

  • Le portail
  • Façade nord de l’église
  • Le fronton date de 1436
  • Les clochers furent achevés en 1511

Notre-Dame de Týn fut l’église des Hussites de Prague jusqu’en 1621. L’église était malheureusement fermée pour restauration au moment de notre visite.

La basilique Saint-Jacques-le-Majeur

Cette église résulte de la reconstruction, dans un style baroque, suite à la destruction en 1689 par un incendie de l’édifice gothique préalable. C’est l’église conventuelle d’un monastère de frères mineurs.

  • Une façade austère mais un portail orné d’un (...)
  • Détail du fronton du portail
  • La nef et les piliers dépourvus de chapiteaux
  • Sur les piliers, des retables baroques
  • La voûte de la nef
  • À l’entrée du chœur
  • Vue en direction de l’entrée et de l’orgue
  • L’orgue date de 1702

La chapelle des Miroirs du Klementinum

Le Klementinum est un vaste complexe qui porte le nom d’une ancienne chapelle du Xe siècle dédiée à saint Clément et devenue par la suite un couvent de Dominicains puis de Jésuites. La plupart des bâtiments actuels datent du XVIIe siècle. Ils hébergent la bibliothèque nationale tchèque. Nous profitons de la chapelle des Miroirs à l’occasion d’un concert.

  • À gauche, le Klementinum et son entrée (...)
  • Les orgues de la chapelle des Miroirs
  • Détail d’un plafond de la chapelle des (...)

Vue d’ensemble de la chapelle des Miroirs

Le nouvel Hôtel de Ville

Le nouvel Hôtel de Ville

Le nouvel Hôtel de Ville est un édifice de style Art nouveau construit vers 1915 dans le quartier de la Vieille Ville. L’ancien Hôtel de Ville ayant été détruit par des bombardements, ce bâtiment est devenu en 1945 le siège du Conseil municipal de Prague et la résidence du maire de Prague.

  • Statues de la façade principale
  • Une façade latérale, ornée d’allégories
  • Le hall d’entrée
  • Vitrail intérieur
  • Marbre et mosaïque : les armes de Prague

La Maison municipale

La Maison municipale est un édifice dans le style de la Sécession viennoise, mouvement artistique de renouveau des formes architecturales et décoratives de la fin du XIXe siècle qui s’est développé à Vienne et Prague et qu’on a rattaché, à posteriori, à l’Art nouveau ou au Jugendstil allemand.

La Maison municipale

La Maison municipale est étroitement liée à l’histoire du peuple tchèque et à la Renaissance tchèque de la fin du XIXe siècle : c’est de son balcon que furent proclamées en 1918 l’indépendance du pays et la République tchécoslovaque. C’est là aussi qu’eurent lieu, suite à la révolution de Velours de 1989, les négociations entre Václav Havel et le Parti communiste tchécoslovaque accompagnant la chute du régime soviétique.

  • La Maison municipale : l’aile sud et le (...)
  • La Maison municipale : aile nord

Le rez-de-chaussée de la Maison municipale est occupé par un café et un restaurant.

  • La salle du café du rez-de-chaussée
  • Décor du café
  • Détail du décor

À l’intérieur on trouve, à l’étage, une salle de concert et divers espaces, bars et salons dont certains décorées par Alfons Mucha. Ces espaces étaient fermés lors de notre passage, mais les couloirs et circulations étaient accessibles.

  • L’entrée des espaces intérieurs : vue vers la (...)
  • Accès à la salle de concert

Aux alentours

Près de la Maison municipale, la somptueuse Tour poudrière est une construction du XIVe siècle témoignant des fastes de la cour de Bohème qui résida pendant un siècle dans un palais tout proche, là où se trouve aujourd’hui la Maison municipale.

  • Au loin, la Tour poudrière et à droite, un (...)
  • La Tour poudrière
  • Face à la Maison municipale : le siège de la (...)


Article mis à jour le dimanche 1er mars 2020