Le site de Madeleine et Pascal

Au cœur d’Istanbul

Le palais et les collections de Topkapi

24 août 2008, par Madeleine, Pascal

Dominant le Bosphore et la mer de Marmara, le palais de Topkapi fut la résidence principale du sultan ottoman de 1465 à 1853. C’est Mehmet II Fatih, le conquérant de Constantinople, qui entreprit sa construction. Par la suite, le palais fut agrandi et modifié, notamment par la construction du harem durant le XVIe siècle.

Le palais perdit de son importance à partir de la fin du XVIIe siècle, lorsque les sultans se mirent à préférer d’autres résidences, le long du Bosphore. En 1853, le sultan Abdülmecid décida de déplacer sa cour vers le nouveau palais de Dolmabahçe, premier palais de style européen dans la ville.

Le palais est disposé autour de quatre cours principales et comporte de nombreux bâtiments annexes. Il abrita jusqu’à 4000 personnes.

Depuis 1924, le palais est un musée de l’époque ottomane.

Parties publiques

Le palais est organisé en zones concentriques dont l’accès est réservé à un nombre décroissant de personnes au fur et à mesure qu’on y pénètre. Après avoir franchi une première porte, on accède à la cour des Cérémonies (deuxième cour) par un portail de style médiéval flanqué de deux tours octogonales qui servaient de cachots.

Accès à la deuxième cour, vu depuis la première cour



Les cuisines

Surmontées de cheminées coniques, les cuisines du palais de Topkapi comptaient 800 cuisiniers travaillant à la préparation des repas de 4000 convives. Elles hébergent aujourd’hui un musée de porcelaines, notamment chinoises, qui présente des pièces de grande valeur provenant de cadeaux, butins ou acquisitions.

Les cuisines et leurs cheminées (XVIe siècle).



Le harem

Le mot harem dérive de l’arabe haram (illégal) et désigne ce qui est protégé ou réservé. On l’emploie pour désigner la résidence où vivaient la mère du sultan, ses sœurs, ses épouses et ses concubines. Le harem comptera, en moyenne, six cents femmes d’origines diverses. Elles ne rencontraient que rarement le sultan et bien peu d’entre elles accédaient au rang de favorite.
À l’origine, le harem était surveillé et protégé par des eunuques blancs, notamment circassiens, puis, après 1550, par des noirs, pour la plupart abyssins, envoyés au sultan par le pacha d’Égypte.

Les appartements impériaux

La salle impériale ou salle du trône est la plus grande salle du palais. C’est là que le sultan recevait et qu’avaient lieu des bals et divertissements organisés pour le sultan et les femmes de sa cour. Les musiciens prenaient place sur la tribune située au dessus de la galerie du fond.
Cette salle fut commencée sous Soliman le Magnifique et entièrement transformée en 1750.


Retour aux monuments d’Istanbul

Retour à la carte de Turquie


Article mis à jour le vendredi 18 mars 2016