Le site de Madeleine et Pascal

La mosquée de Soliman et la mosquée bleue

Süleymaniye Camii et Sultan Ahmet Camii

30 novembre 2011, par Madeleine, Pascal (Date de rédaction antérieure : 30 avril 2008).

Lors de la conquête, les Ottomans furent tellement impressionnés par la basilique Sainte-Sophie qu’ils en firent le modèle de leurs mosquées et tentèrent de la surpasser dans leurs plus prestigieuses réalisations.

Parmi elles, la mosquée de Soliman et la mosquée Sultan Ahmet sont les plus vastes et les plus célèbres.

Süleymaniye Camii, la mosquée de Soliman

Édifiée par l’architecte Sinan pour le sultan Soliman le Magnifique entre 1550 et 1557, la Süleymaniye Camii est considérée comme un chef d’œuvre de l’architecture ottomane.
Après les moquées seldjoukides hypostyles de plan carré, les mosquées ottomanes se caractérisent par une juxtaposition de coupoles fréquemment organisées autour d’une grande coupole centrale.

Créateur de l’architecture classique ottomane, Sinan est à la fois l’héritier des grands bâtisseurs seldjoukides (XIe-XIIe siècles), de l’école de Bursa qui créa la mosquée ottomane (XIVe-XVe siècles) et de la tradition byzantine. Il chercha à dépasser ces modèles : la coupole centrale est supportée par des demi-coupoles, selon un schéma inspiré par Sainte-Sophie. Cela permet de reporter les colonnes à la périphérie de l’édifice et de lui conférer une plus grande luminosité.

La cour et le portique coiffé de petites coupoles
La travée correspondant à l’entrée dans la salle de prière est légèrement surélevée pour accompagner la montée vers la grande coupole.


La mosquée bleue, Sultan Ahmet Camii

Sultan Ahmet Camii, vue de la place de l’Hippodrome

La mosquée bleue a été édifiée entre 1609 et 1616 non loin de Sainte-Sophie, sur l’emplacement du palais de Constantin. Sa silhouette élancée est marquée de six minarets, un nombre que dépasse seule la mosquée de La Mecque qui en compte sept.

Construite sous le règne du sultan Ahmet I (1603-1617), la mosquée bleue ou Sultan Ahmet Camii est l’un des derniers édifices de la plus prestigieuse période de l’empire ottoman, avant le déclin qui va s’amorcer au XVIIe siècle. Sa décoration intérieure fait largement appel aux faïences d’Iznik.

Retour aux monuments d’Istanbul

Retour à la carte de Turquie


Article mis à jour le vendredi 18 mars 2016