Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > Europe > Portugal > Les Açores > À travers Horta, la capitale de Faïal

À travers Horta, la capitale de Faïal

31 décembre 2018, par Madeleine, Pascal

Drapeaux de la région autonome des Açores, du Portugal et de la ville de Horta devant la façade de la mairie
Drapeaux de la région autonome des Açores, du Portugal et de la ville de Horta devant la façade de la mairie

Horta, capitale de l’île de Faïal, aux Açores, fut une escale pour les navires qui revenaient des Indes occidentales, plus particulièrement à l’époque où le Portugal fut sous domination espagnole.

Mais la ville fut également célèbre au XIXe siècle grâce au câble transatlantique de communications télégraphiques dont un relais se trouvait à Horta.

Horta est par ailleurs liée à l’histoire de l’aviation et aux premières traversées aériennes de l’Atlantique qui faisaient escale dans l’île.

Horta est aujourd’hui connue par son port de plaisance, l’un des plus importants des Açores : c’est une escale inévitable pour les navigateurs qui traversent l’Atlantique.

Le long du bord de mer : les ports modernes

Les ports modernes (port des ferries, port de plaisance et port de commerce) s’opposent au port ancien qu’on verra plus loin. Leurs premiers aménagements datent du XIXe siècle par opposition à l’ancien port qui fut utilisé à partir du XVIe siècle.

Le port des ferries et bateaux de croisière

À l’arrière-plan de la photo précédente, le volcan Ponta do Pico domine l’île voisine de Pico qui n’est qu’à six kilomètres à l’est de Faïal.

Le port des ferries se trouve à l’extrémité nord de la baie de Horta. Les photos qui suivent sont prises du nord vers le sud, en allant vers le port de plaisance.

  • Face au port des ferries, le Palais de (...)
  • Le fort de Santa-Cruz, construit en 1567, (...)
    C’est aujourd’hui un hôtel de luxe
  • Le long de la jetée de la marina
  • La baie de Horta vue depuis la jetée de la (...)
    Ne pas laisser une trace peinte sur la jetée (...)
  • À l’horizon, le monte da Guia abrite la baie de (...)
  • "Peter Cafe Sport" accueille les navigateurs (...)

En s’élevant au-dessus de la ville sur le monte Quemada on bénéficie d’une vue sur la quasi-totalité des ports précédents.

Sur les pentes du monte Quemada

On redescend alors vers le port de pêche et de commerce.

  • La baie de Horta et les jetées du port de (...)

De la ville basse au quartier de la tour de l’Horloge

  • Un jardin public sur une place de la ville (...)
  • L’emploi de la couleur rouge est systématique (...)
    Au loin, la tour de l’Horloge est un genre de (...)
  • La tour de l’Horloge, au loin
  • Cet édifice à l’allure de petit oratoire porte (...)
  • Montée vers la tour de l’Horloge

Dans le jardin de Florencio Terra qui domine la tour de l’Horloge

Le jardin de Florencio Terra (1858-1941) porte le nom d’un écrivain, publiciste, enseignant et homme politique né à Faïal.

  • Du rouge à nouveau pour un kiosque, au centre (...)
  • Dans le jardin, un arbre au port majestueux (...)
  • En haut du jardin, un ancien hospice à fronton (...)

Au centre de la ville : l’église Saint-François et le musée

L’église Saint-François de Horta
À gauche, le musée et, à droite, la mairie.

L’église Saint-François appartenait au collège des Jésuites. Elle est aujourd’hui devenue l’église paroissiale de la ville. Le reste des bâtiments du collège est occupé par la municipalité et le musée de Horta.

  • Un intérieur baroque à trois nefs
  • À l’entrée du chœur, une Vierge couronnée (...)
  • Le chœur
  • Sur les murs du chœur, un décor d’azulejos du (...)
  • Détail d’un panneau


Vue de la place principale depuis la terrasse de l’église Saint-François

Le musée de Horta est établi dans une des ailes de l’immense collège de Jésuites au centre duquel se trouve l’église Saint-François.

  • L’entrée du musée
  • Deux saints - XVIe siècle
    À gauche, Saint Roch, pélerin saisi par la (...)
  • Notre-Dame de Gloire - XVIIe siècle
  • Vierge en bois du XVIIe siècle

  • Têtes de scaphandres utilisés lors de la (...)
  • Le retour des bateaux - José Julio de Souza (...)
    Ce peintre, né aux Açores en 1858, étudia à (...)
  • Une salle du musée est consacrée à une collection de

Le câble sous-marin de relais télégraphique qui relia Horta d’abord à Lisbonne, dès 1893, puis à l’Amérique fit de la ville un centre mondial de télécommunications. Une importante section du musée est consacrée aux objets et souvenirs de cette époque, hélas peu photogéniques. Une autre salle du musée est dédiée à l’histoire de l’aviation.

Les églises Notre-Dame du Carmel et Notre-Dame de l’Angoisse sont proches du centre-ville.

  • Une église qui domine le centre historique de (...)
  • Église Notre-Dame de l’Angoisse

Porto Pim, l’ancien port

L’isthme qui sépare le monte da Guia (en face) du monte Quemado sur lequel on se trouve

La vue ci-dessus explique la configuration des lieux. Elle est prise depuis les hauteurs du monte Quemado, une petite éminence qui domine l’extrémité du port moderne : en face, le monte da Guia est un petit cône volcanique relié à l’île de Faïal par un isthme étroit. Cette hauteur (145 mètres) protège le port ancien Porto Pim qui se trouve vers la droite de la photo (on ne le voit pas) comme le nouveau port auquel le photographe tourne le dos.

La vue suivante est également prise depuis les hauteurs du monte Quemado mais orientée vers la rade de Porto Pim.

La rade de Porto Pim, vue du sommet du monte Quemado. Le monte da Guia est à gauche.

Pour atteindre l’ancien port de Porto Pim, nous partons de la capitainerie du port moderne et longeons la mer.

  • Face à la capitainerie, statue de Manuel de (...)
    Cet avocat (1840-1917) né à Horta fut le (...)
  • Nous laissons derrière nous la baie de Horta (...)
  • Entre le port moderne et le port ancien, face (...)
  • Gros temps

  • Face à la rade de Porto Pim
  • La plage de Porto Pim : sur la gauche, on (...)
  • Le portail fortifié de Porto Pim

  • Maisons à Porto Pim
  • Sous le portail : vue vers les deux monts et (...)
  • Sous le portail : vue vers les pentes inférieures
  • Les fortifications du portail

Dans les rues

Ruelle du Bon Jésus

En passant dans des rues situées un peu à l’écart du centre de Horta, nous longeons de modestes maisons dont les façades sont presque toutes ornées d’images saintes en carreaux de céramique ou azulejos.

  • Jésus
  • Ange gardien
  • Une Immaculada
  • Le Bon Seigneur jésus miraculeux
  • Nossa senhora de Fatima


Article mis à jour le vendredi 17 mai 2019