Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > Russie > Moscou > Maisons d’écrivains à Moscou

Maisons d’écrivains à Moscou

Mikhaïl Boulgakov, Maxime Gorki et Léon Tolstoï

4 janvier 2018, par Pascal

Une promenade le long de la rue Bolchaïa Sadovaïa conduit vers l’immeuble où résida Mikhaïl Boulgakov, à travers un quartier dont quelques lieux ont inspiré son célèbre roman Le maître et Marguerite, écrot entre 1926 et 1930.

La maison de Maxime Gorki est un magnifique hôtel particulier de style Art Nouveau, dans un secteur paisible entourant l’étang du Patriarche : les réalisations de l’architecte Franz Schechtel y sont nombreuses.

Située dans un quartier plus excentré, la propriété de Léon Tolstoï est de style bien différent.

De l’hôtel Pékin à l’immeuble où résida Mikhaïl Boulgakov

Au départ de la place Triumfalnaïa, on s’engage dans la rue Bolchaïa Sadovaïa.

La rue Bolchaïa Sadovaïa démarre à gauche de l’hôtel Pékin, sur la place Triumfalnaïa


L’immeuble où résida Mikhaïl Boulgakov

L’avenue Bolchaïa Sadovaïa, au niveau de l’immeuble Boulgakov : au loin, l’hôtel Pékin

La cour de l’immeuble restitue l’ambiance du roman à travers des véhicules de l’époque, des sculptures et des tableaux dans le style fantastique ou déjanté du roman où l’on peut reconnaître des personnages ou des scènes particulières du roman Le Maître et Marguerite.

Le quartier de l’étang du Patriarche

Le quartier doit son nom à un patriarche de Moscou qui en fit son lieu de résidence au début du XVIIe siècle. Trois étangs pour la pisciculture furent alors creusés dans le secteur. Au début du XIXe siècle, deux des étangs furent asséchés et un parc fut aménagé autour du troisième.

L’étang du Patriache

C’est dans ce parc que Boulgakov situe la rencontre entre trois des personnages du roman Le Maître et Marguerite, à savoir le jeune poète Ivan Bezdomny et le président de l’Union des écrivains soviétiques Mikhaïl Berlioz d’une part, avec, d’autre part, le professeur Woland, un étranger pratiquant la magie noire. Berlioz sera écrasé par un tramway à l’issue de cette rencontre.

Aujourd’hui, le parc accueille une statue du grand fabuliste russe Ivan Krylov (1779-1844) et des bas reliefs de bronze évoquant ses personnages.

La fin du XIXe siècle a vu l’édification de riches hôtels particuliers dans ce quartier paisible, parmi lesquels quelques constructions de l’architecte Franz Schechtel.

La maison-musée de Maxime Gorki

Fidèle au bolchevisme dès 1905 mais également parfois critique, Maxime Gorki (1868-1936) résida longtemps en Italie pour raisons de santé. En 1931, il devint président de l’Union des écrivains soviétiques et on lui attribua un hôtel particulier de style Art nouveau, édifié entre 1900 et 1903 par l’architecte Franz Schechtel. Il y habita avec sa famille jusqu’en 1936.

Façade de la maison de Maxime Gorki



La propriété de Léon Tolstoï

Dans le jardin de la maison de Léon Tolstoï


Article mis à jour le dimanche 14 janvier 2018