Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > Italie > Milan > Le musée archéologique municipal de Milan

Le musée archéologique municipal de Milan

Au plus près de la muraille romaine

9 octobre 2017, par Madeleine, Pascal

Après avoir été la plus importante cité des Gaulois insubres, un peuple celte d’Italie du nord auquel est attribuée la fondation de la ville, Mediolanum fut conquise par Rome en 222 av. J.-C. Cette conquête fut contrariée par l’intervention d’Hannibal auquel la population locale s’allia avant que la ville ne se soumette définitivement à la domination romaine au début du deuxième siècle.

Sous la république, la ville fut colonie romaine dans un premier temps et devint le plus important centre de la Gaule cisalpine. Grâce à sa position géographique, Mediolanum fut d’une importance considérable pour les campagnes de César parti à la conquête de la Gaule dans les années 58 à 50 av. J.-C. Grâce à son développement économique, elle fut élevée, en 49 av. J.-C. au statut de municipe, se dotant alors de murs d’enceinte, d’un théâtre et d’un réseau de routes pavées.

À l’époque de l’empire, son importance s’accrut en raison de sa proximité avec les frontières impériales. Les Alamans y furent arrêtés par les armées de l’empereur Gallien (260-268). Et lorsque Dioclétien (286-305) décida de diviser l’empire en deux, il se réserva l’orient et Mediolanum devint capitale et résidence de son co-empereur Maximien Hercule, lequel embellit la ville et l’entoura d’une nouvelle enceinte.

C’est enfin en 313 que Constantin autorisa, par l’édit de Milan, la pratique du culte chrétien. En 374, Ambroise devint évêque de Milan sous le règne de Théodose et c’est lui qui donna le baptême à Augustin d’Hippone, futur Saint Augustin. La ville devient alors un des centres les plus importants du christianisme. Les successeurs de Constantin résideront à Mediolanum jusqu’en 402, date où Ravenne devint la nouvelle capitale de l’empire d’Occident.

Le musée archéologique municipal de Milan occupe le site d’un ancien monastère de bénédictines, le Monasterio Maggiore di San Maurizio.

À droite de la façade de l’église actuelle San Maurizio, le portail du musée archéologique municipal

Les vestiges romains

La seule tour qui subsiste de la muraille de Maximien

Les jardins du musée archéologique longent une partie de la ceinture de murailles construite au IIIe siècle par l’empereur Maximien lorsque Mediolanum devint capitale de l’empire romain d’Occident. La muraille comportait des tours dont une seule subsiste, dotée de vingt-quatre facettes. Cette tour devint par la suite chapelle du monastère bénédictin de San Maurizio et son intérieur conserve des fresques des XIIIe et XIVe siècles.

La muraille édifiée par Maximien longeait un cirque, c’est-à-dire un hippodrome. Le campanile de l’église actuelle est édifié sur une structure qui faisait partie de cet hippodrome : les "carceres".

La section romaine du musée

Les plus beaux objets de cette section proviennent de trésors trouvés dans des tombes d’époque impériale dans la région de Milan.

La section d’art barbare : des Wisigoths aux Lombards

Carte des invasions barbares figurant dans le musée

  • 402 : Alaric, roi des Wisigoths, (Goths originaires de la région située entre Don et Danube) marche sur Milan et oblige la cour à fuir à Ravenne. En 410, les Wisigoths saccagent Rome et, en 412, à la mort d’Alaric, ils s’installent en Aquitaine entre Bordeaux et Toulouse.
  • 405-406 : les Ostrogoths (Goths issus de la région située entre Don et Dniestr) marchent vers Rome mais sont arrêtés à Fiesole (Florence).
  • 452 : les Huns, conduits par Attila conquièrent Milan sans la saccager et se retirent en 453 à la mort d’Attila.
  • 455 : les Vandales et les Alains, conduits par Genséric, envahissent l’Italie à partir de l’Afrique et s’établissent en Sardaigne, en Corse, dans les Baléares et en Sicile.
  • 476 : Odoacre, roi des Érules, dépose le dernier empereur romain d’Occident. En 490, il est défait par Théodoric, roi des Ostrogoths et, en 493, à la mort d’Odoacre, c’est Théodoric qui règne.

Les Lombards sont un peuple scandinave issu des rives de la Baltique. Établis sur les rives de l’Elbe entre le Ier et le IVe siècles, ils s’installent ensuite sur le cours moyen du Danube puis en Pannonie (la Hongrie actuelle) au sud du Danube. Ils sont alors en contact avec les autres peuples germaniques, mais aussi avec les Byzantins et les Romains. Ils arrivent en Italie en 568, peut-être sur l’invitation de l’empereur d’Orient qui les aurait sollicités pour défendre la partie occidentale de l’empire contre les Francs.


Article mis à jour le dimanche 5 novembre 2017