Le site de Madeleine et Pascal

Le Duomo de Milan

La cathédrale de la Nativité-de-la-Vierge

25 novembre 2017, par Madeleine, Pascal

Le Duomo de Milan est la troisième plus grande église du monde et la deuxième plus grande cathédrale gothique après la basilique Saint-Pierre de Rome et la cathédrale Notre-Dame-du-Siège de Séville.

Fondée en 1386, elle remplaça l’ancienne basilique Sainte-Marie-Majeure édifiée au Ve siècle. Le choix, pour la nouvelle construction, des modèles du gothique transalpin fut décidé dès l’origine par le duc Gian Galeazzo Visconti : dans son ambition de faire de Milan la capitale d’un grand État, il voulait rivaliser avec les grandes cathédrales françaises et allemandes. Ainsi s’expliquent le choix du marbre, inhabituel dans la tradition locale, ainsi que la venue à Milan de nombreux maîtres d’œuvre, architectes, sculpteurs et verriers étrangers.

Pour la visite des terrasses de la cathédrale, aller directement là-bas.

L’extérieur

La façade à cinq portails annonce les cinq nefs intérieures

Plan de la cathédrale - Deutsche Fotothek
Plan de la cathédrale - Deutsche Fotothek

La construction de l’édifice proprement dit s’étala sur plus d’un siècle et demi. Elle utilisa le marbre blanc rosé de Candoglio, transporté en bateau depuis une carrière proche du lac de Côme par un réseau de canaux. Le plan ci-contre montre que la cathédrale, à cinq nefs, présente un transept très peu saillant.

La cathédrale, quoique non encore terminée, fut consacrée en 1572 par Charles Borromée.

Les portails sont entourés et surmontés par des bas-reliefs baroques réalisés au XVIIe siècle et dont on peut voir des modèles au musée de la cathédrale. La tour-lanterne et la flèche principale furent construites au XVIIIe siècle tandis que le décor extérieur de pinacles et multiples statues qui ornent les façades, ne fut terminé qu’au XIXe siècle.

La photo ci-contre montre un détail d’une des portes de bronze réalisées au XXe siècle, celle située le plus à gauche. Le décor évoque des scènes de l’histoire de Milan.

Successivement, de haut en bas :

- THEODOSIVS ET VALENTINIANVS VRBEM HONORIFICE INGRESSI
Théodose et Valentinien sont entrés dans la ville avec les honneurs
Valentinien régna de 364 à 375 avec comme capitale Milan. En 380, par l’édit de Thessalonique, Théodose a fait de la foi catholique l’unique religion officielle et obligatoire de l’État, établissant simultanément le triomphe du christianisme nicéen sur l’arianisme.

- TEMPLO CLAUSIS POSTIBVS ARCET CRVENTUM CAESAREM
Mais la porte du temple est fermée au cruel César.
Ambroise, évêque de Milan de 374 à 397 interdisit en effet l’entrée de l’église de Milan à l’empereur Théodose, coupable d’avoir sauvagement réprimé une révolte des habitants de Thessalonique en 390. La répression avait fait plus de 6000 morts.

- DAMNATOS DEFENDIT AMBROSIVS CARNIFICES FERAE IMPETUNT
Ambroise défend les condamnés contre les assauts des bêtes féroces.
On le voit brandissant la Croix devant les martyrs.

L’intérieur

L’intérieur de l’édifice, plutôt sombre, surprend par ses piliers polystyles coiffés de hauts chapiteaux octogonaux. L’ensemble baigne dans une lumière de tonalité orangée donnée par certains éléments du décor : marbre du sol, bois des stalles du chœur, rosace du vitrail axial de l’abside.

Les nefs

La nef principale, longue de 148 mètres


Le déambulatoire et la crypte

Depuis le déambulatoire, on accède à la crypte.

Le transept

Sous la Piazza Duomo, des vestiges archéologiques

Le baptistère de San Giovanni alle Fonti et sa fontaine octogonale

De l’intérieur du Duomo, on accède à un niveau souterrain situé à environ quatre mètres en dessous de la place. On y voit les restes du baptistère de San Giovanni alle Fonti, construit de 378 à 397 et dans lequel l’évêque Ambroise de Milan baptisa Augustin d’Hippone, la nuit de Pâques 387. De plan octogonal, avec un diamètre de 19,3 mètres, le baptistère comportait des niches alternativement semi-circulaires et rectangulaires. Au centre se trouve toujours la fontaine octogonale en grande partie dépouillée de sa décoration d’origine en marbre.
Les autres vestiges identifiés sont ceux de la basilique Sainte Thècle, cathédrale d’été édifiée au IVe siècle.

Pour la visite des terrasses de la cathédrale, c’est là-bas.


Article mis à jour le lundi 27 novembre 2017