Le site de Madeleine et Pascal

Promenades dans La Valette

6 juillet 2017, par Madeleine, Pascal

Des fortifications au palais du Grand maître et au fort Saint-Elme, les rues de La Valette témoignent de la puissance militaire et de la richesse des moines-chevaliers de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem.

L’entrée dans la ville

La Valette est établie sur une presqu’île. Par la voie terrestre, on accède à la ville à partir du faubourg de Floriana à travers un ensemble puissamment fortifié dès la fondation de la ville mais récemment modernisé par l’architecte Renzo Piano.

JPEG - 122.8 ko
Les forfifications de La Valette en direction du faubourg de Floriana

La photo ci-dessus montre au loin, en contrebas de la ville, le faubourg de Floriana, reconnaissable par ses rues très rectilignes et parallèles. Depuis Floriana, on accède à La Valette par une montée le long de l’avenue Girolamo Cassar. La vaste place de Castille est au premier plan et les forfifications qu’on voit sont, au centre, le bastion Saint-James et la contre-garde du même nom. Les tours de guet, situées dans l’axe de chacun de ces deux ouvrages, sont bien visibles.



Le palais du Grand maître et la place Saint-Georges

Le palais du Grand maître a été construit par Girolamo Cassar sur la place Saint-Georges à partir de 1572 sur l’ordre du Grand maître Jean L’Evesque de La Cassière. Il sert aujourd’hui de résidence au président de la République de Malte.

JPEG - 127.7 ko
La façade du palais, face à la place Saint-Georges



Le palais possède une belle collection d’armes et armures.

Dans les rues

Le fort Saint-Elme

JPEG - 95.3 ko
Le fort Saint-Elme à l’extrémité de la presqu’île de Xiberras

Le fort Saint-Elme occupe l’extrémité orientale de la ville fortifiée de La Valette, face à la mer. Il commande à la fois l’entrée du Grand Harbour et celle de la rade de Marsamxett.

Vue de l’entrée du Grand Harbour depuis le haut du fort Saint-Elme
Vue de l’entrée du Grand Harbour depuis le haut du fort Saint-Elme

Dès leur installation à Malte en 1530, les chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem envisagèrent la création d’une cité fortifiée sur la péninsule de Xiberras. Ils se contentèrent cependant, dans un premier temps, de renforcer le fort Saint-Ange qui préexistait à Birgu et de bâtir, entre 1552 et 1556, un petit fort sur la pointe de Xiberras. Dès 1565, celui-ci fut attaqué par l’artillerie ottomane depuis les hauteurs de Xiberras qui le dominent. Le fort résista un mois, contribuant ainsi à l’échec du Grand Siège. Le fort Saint-Elme fut par la suite relevé de ses ruines, complété par le fort Tigné sur la pointe de Dragut et par le fort Manoel dans l’île du même nom.

Le fort Saint-Elme fut renforcé pendant la période britannique et attaqué par un raid aérien dès la déclaration de la Seconde Guerre mondiale. Le fort héberge aujourd’hui le National War Museum qui retrace l’histoire militaire de Malte. Les pièces les plus émouvantes concernent la remise de la George Cross par le roi Georges VI à l’île de Malte en 1942, en hommage à la résistance de l’île face aux bombardements de l’Axe.



JPEG - 99.1 ko
Derniers rayons de soleil sur la pointe Ricasoli, Rinella Creek et Kalkara Creek

La basilique Notre-Dame-du-Mont-Carmel

JPEG - 96.4 ko
Le dôme de la basilique Notre-Dame-du-Mont-Carmel, vu depuis Marsamxett Harbour

Le dôme de cette église domine aujourd’hui le paysage de La Valette, mais il s’agit d’une construction récente. Une première église fut construite vers 1570 d’après des plans de Girolamo Cassar, architecte par ailleurs de la co-cathédrale Saint-Jean et du palais du Grand maître. Elle fut cédée aux Carmélites dès le XVIIe siècle et placée sous le patronage de Notre Dame-du-Mont-Carmel. Mais, gravement endommagée durant la Seconde Guerre mondiale, elle fut entièrement reconstruite entre 1958 et 1981 sur les plans de Joseph Damato, architecte de très nombreuses églises de Malte dont l’immense église-rotonde Saint-Jean-Baptiste de Xewkija à Gozo.


Au théâtre Manoel

Ce théâtre porte le nom d’un Grand maître de l’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, Antonio Manoel de Vilhena, qui en finança la construction en 1731. C’est un théâtre à l’italienne qui compte parmi les plus anciens toujours en activité.


Article mis à jour le jeudi 3 août 2017