Le site de Madeleine et Pascal

La basilique Santa Chiara

Le cloître aux faïences et une vaste église gothique

27 décembre 2016, par Madeleine, Pascal

Édifié entre 1310 et 1340, l’ensemble monastique Santa Chiara est du à Robert Ier d’Anjou, roi de Naples. Il est constitué d’une vaste église gothique abritant le tombeau royal, associée à un monastère de Clarisses et de Franciscains célèbre par son cloître décoré de majoliques au XVIIe siècle.

L’église présente une façade à large fronton triangulaire dans laquelle est enchâssée une rosace ajourée. Le portail est précédé d’un jardin arboré.

JPEG - 148 ko
La basilique Santa Chiara, vue depuis la place du Gesù Nuovo

Raccourci historico-dynastique : des Hauteville aux Anjou, en Sicile et à Naples

Robert de Hauteville dit Robert Guiscard (vers 1020-1085) est un aventurier issu du duché de Normandie qui s’illustre par la reconquête de l’Italie méridionale sur les principautés locales et les dernières places byzantines (1057), suivie de celle de la Sicile musulmane (1061). Il est accompagné de son frère cadet Roger, futur roi Roger Ier et fondateur de la dynastie de Hauteville, rois normands de Sicile (et de Naples). Deux des empereurs Hohenstaufen qui leur sont apparentés seront aussi rois de Sicile, au fil de diverses intrigues et querelles de succession.

Charles Ier d’Anjou n’est pas oublié à Paris
Charles Ier d’Anjou n’est pas oublié à Paris

C’est en 1266 que Charles d’Anjou (comte de Provence et plus jeune frère du roi de France Louis IX), appuyé par la papauté, bat les Hohenstaufen et leur succède comme roi de Sicile sous le nom de Charles Ier d’Anjou.

Mais les Anjou sont rapidement chassée de Sicile par une révolte populaire : c’est l’épisode des Vêpres siciliennes en 1282. La Sicile revient alors à l’Aragon tandis que la dynastie d’Anjou se maintient à Naples. Le long règne (1309-1343) de Robert Ier d’Anjou est en particulier une période de prospérité pour le royaume de Naples : le roi attire dans sa capitale les artistes (Giotto, Simone Martini, Pétrarque) qu’il protège.

La dynastie d’Anjou tient Naples jusqu’en 1481, date où le royaume de Naples est conquis par l’Aragon. Mais les rois de France, héritiers des ducs d’Anjou, prétendront alors au trône de Naples, épisode à l’origine des guerres d’Italie.

Le cloître

Le cloître du monastère fut rénové au XVIIe siècle, tout en conservant la structure d’’origine du XIVe siècle pour les galeries à piliers et arcs gothiques. L’architecte Domenico Antonio Vaccaro, par ailleurs en charge de travaux à la chartreuse Saint-Martin, remodela le jardin et le divisa en quartiers grâce à deux longues allées se croisant à angle droit.

Les piliers octogonaux qui les bordent furent alors recouverts de majoliques fleuries.


Entre les piliers ont été installés des bancs recouverts de carreaux de même style à dominante jaune et bleue représentant des scènes champêtres.

L’église

L’église, à une seule nef, est le plus vaste édifice gothique de Naples. Elle abrite le tombeau de Robert Ier d’Anjou, considéré comme un chef d’œuvre de la sculpture gothique. Les chapelles latérales ont été réaménagées jusqu’au au XVIIe siècle et décorées dans un style baroque. Elles abritent des tombeaux de nobles napolitains.


Notes

Le logo est un détail d’une scène de danses ornant l’un des bancs recouverts de majoliques dans le grand cloître de la basilique Santa Chiara


Article mis à jour le jeudi 2 février 2017