Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > Espagne > Séville > L’hôpital des Vénérables de Séville

L’hôpital des Vénérables de Séville

Hospital de Los Venerables Sacerdotes

29 octobre 2016, par Madeleine, Pascal
L’église de la Magdalena
L’église de la Magdalena

En 1627, la Confrérie du Silence (Hermandad de El Silencio) loue une maison où les prêtres âgés, pauvres et malades trouvent assistance. En 1673, elle décide de faire construire un hôpital. Les travaux démarrent en 1675 sous la direction de l’architecte Juan Dominguez, remplacé en 1687 par Leonardo de Figueroa, également architecte du palais de San Telmo, de l’église de la Magdalena et de la nouvelle façade de l’hôpital de la Sainte-Charité.

JPEG - 121.3 ko
La façade de l’église : un portique aux arcs en plein cintre est surmonté par une niche entourée de deux petites fenêtres.

Le patio et les bâtiments hospitaliers

Les bâtiments de l’hôpital sont organisés autour d’une cour sévillane. Celle-ci est ornée d’une fontaine installée en contrebas et à laquelle on accède par des marches circulaires.

Un escalier monumental conduisant aux galeries de l’étage est couvert par une voûte elliptique décorée de stucs baroques.

L’église San Fernando

L’église porte le nom du roi Ferdinand III de Castille, cousin du roi de France Louis IX, artisan de la reconquête de l’Andalousie et de Séville en 1247 et canonisé en 1671.
L’église à une seule nef est surmontée d’une voûte en plein cintre éclairée par des lunettes. L’édifice recèle des œuvres de Juan de Valdés Leal et de son fils Lucas Valdés, parmi lesquelles la fresque de la voûte du chœur, le plafond de la sacristie et les peintures murales de l’église.

Le retable majeur est une création de Lucas Valdés et de Virgilio Maltoni. Certaines des sculptures furent réalisées par Pedro Roldán.

Le centre Diego Velazquez

Les bâtiments hospitaliers hébergent aujourd’hui les locaux et salles d’exposition de la fondation Focus-Abengoa qui gère le Centre Diego Velazquez consacré à l’étude des maîtres de l’artiste sévillan et à la partie de son œuvre antérieure à son départ pour Madrid.

JPEG - 624.9 ko
Sainte Rufine par Diego Velazquez

Les patronnes de la ville, sainte Rufine et sa sœur sainte Juste étaient deux potières, martyrisées en 287.


Article mis à jour le mardi 13 décembre 2016