Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > France > Ornans et la vallée de la Loue

Ornans et la vallée de la Loue

La Venise franc-comtoise
10 janvier 2016, par Madeleine, Pascal
 

Située entre Besançon et Pontarlier, Ornans, proche des sources de la Loue, est connue pour ses belles maisons sur la rivière.

C’est aussi la ville natale du peintre Gustave Courbet.

L’église Saint Laurent

L’église, sur la rive gauche de la Loue

L’église Saint Laurent fut édifiée à partir de 1546 grâce à Nicolas Perrenot de Granvelle, garde des sceaux, premier conseiller et homme de confiance franc-comtois de Charles Quint, originaire des environs d’Ornans. Elle remplaça une église du XIIe siècle détruite au XIIIe.

La tour-clocher est coiffée d’un dôme comtois surmonté d’une lanterne ajourée. Elle a conservé sa base romane. Un portique entoure sa base.

Au cimetière d’Ornans

Ornans est très présente dans le tableau Un enterrement à Ornans du peintre Gustave Courbet, natif de la ville.

Un enterrement à Ornans
Un enterrement à Ornans


Les escarpements qui dominent la vallée, au nord, apparaissent sur le tableau


Aux sources de la Loue

La reculée de la Loue et la source de la Loue

La Loue, rivière de 120 kilomètres de long environ, est affluent du Doubs dont elle est en réalité une résurgence. Les sources de la Loue se situent au fond d’une petite reculée humide et froide orientée au nord.

En aval d’Ornans : la saline royale d’Arc-et-Senans

La saline royale d’Arc-et-Senans se situe à quelques dizaines de kilomètres en aval d’Ornans. Cet édifice industriel devait extraire le sel à partir des saumures issues de Salins-les-Bains, à une vingtaine de kilomètres de là.

Décidée en 1773 par le roi Louis XV, la construction de la saline fut confiée à l’un des fondateurs du style néoclassique, l’architecte Claude-Nicolas Ledoux dont la saline constitue l’œuvre majeure. Les bâtiments étaient organisés de manière très ordonnée autour de la maison du directeur dont la partie centrale servait aussi d’église. Tous les ouvriers résidaient sur le site et la saline demeura en activité jusqu’en 1895.

La saline d’Arc-et-Senans : à l’extrême gauche, la maison du directeur. Les autres édifices sont des bâtiments administratifs et industriels.



Article mis à jour le 21 décembre 2016