Le site de Madeleine et Pascal

Orcival

La basilique Notre-Dame
2 janvier 2016, par Madeleine, Pascal
 

Situé dans les Monts Dore, au sud de la chaîne des Puys, le village d’Orcival est célèbre pour sa basilique Notre-Dame : c’est l’une des églises majeures de Basse-Auvergne et le lieu d’un pèlerinage à une statue vénérée de la Vierge.

La silhouette caractéristique du chevet des églises romanes de cette région est en bonne part due au massif barlong qui renforce l’élan vertical et l’étagement des volumes.

La basilique Notre-Dame d’Orcival


En rouge, le massif barlong
Auteur : Welleschik

Le chevet, parfois appelé pyramide auvergnate, est constitué d’un étagement de volumes de hauteur croissante, réunissant (voir schéma ci-contre) :

  • des absidioles adossées aux bras du transept et des chapelles rayonnantes,
  • le déambulatoire et le chœur,
  • les bras du transept,
  • le massif barlong (en rouge),
  • le clocher, souvent octogonal.

L’élévation progressive des volumes est encore accentuée par la toiture en appentis du massif barlong qui encadre la naissance du clocher.

Construite dans une roche volcanique, l’andésite, la basilique d’Orcival a été terminée en 1166. L’homogénéité de son architecture suggère qu’elle pourrait avoir été édifiée en une seule campagne. L’étroitesse de la vallée du Sioulot a imposé d’entamer la pente pour construire la façade occidentale qui est quasiment adossée à la montagne. L’accès principal est ainsi le portail du transept sud.

On attribue à cette basilique un pouvoir thaumaturge. Elle est parfois appelée Notre-Dame des fers pour rappeler l’intercession supposée de la Vierge en faveur des prisonniers.

Les abords de la basilique et l’extérieur de l’édifice


L’intérieur de l’église



Article mis à jour le 17 août 2016