Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > Italie > Gênes et la Ligurie > Gênes > Palazzi dei Rolli 1/2 : Via Garibaldi

Palazzi dei Rolli 1/2 : Via Garibaldi

La plus ancienne des Strade Nuove
16 décembre 2015, par Madeleine, Pascal
 

À partir du XVIe siècle, de riches familles génoises édifièrent leurs palais sur un lotissement attribué par l’autorité publique le long des Strade nuove, nouvelles rues tracées à l’extérieur de la ville médiévale. Outre le fait d’être des résidences privées, ces demeures avaient pour vocation d’offrir un hébergement public aux hôtes de marque de la République, selon un décret de 1576 qui institutionnalisa le système des Rolli, listes des palais qui devaient assurer cet hébergement.

L’ensemble des Strade Nuove est principalement constitué par la Via Garibaldi, la Via Balbi et la Via Cairoli.

L’ouverture exceptionnelle de certains palais à l’occasion des Journées du patrimoine 2015 et/ou leur éclairage en soirée ont permis d’admirer des jardins, des fresques et décors de plafonds agrémentant des espaces habituellement fermés au public.

Les palais de la Via Garibaldi

La Via Garibaldi s’étend de la Piazza de la Meridiana à la Piazza Fontane Marose.

Trois palais à l’entrée de la Via Garibaldi : à gauche, le Palazzo Gio Carlo Brignole et sa terrasse ; en face, le Palazzo de la Meridiana et au premier plan à droite, le Palazzo Bianco

Palazzo Gerolamo Grimaldi ou palais de la Meridiana

Ce palais, construit entre 1536 et 1544, se trouve à l’entrée de la rue Garibaldi, Piazza de la Meridiana. L’ouverture de la via Cairoli, à la fin du XVIIIe siècle, supprima les jardins inférieurs du palais et conduisit à l’édification, au sud, d’un avant-corps surmonté d’une terrasse du côté de la Strada Nuova.

Palazzo Gio Carlo Brignole

Le palais se situe au 2, Piazza de la Meridiana, face au palais Gerolamo Grimaldi. L’édifice actuel est une reconstruction du XVIIIe siècle consécutive à l’ouverture de la via Cairoli.

Les fresques sont des œuvres des XVIIIe et XIXe siècles.

Palazzo Bianco ou Palais Luca Grimaldi

Situé 11, Via Garibaldi, ce palais fut construit entre 1530 et 1540 par Luca Grimaldi, membre d’une des plus importantes familles génoises. Il passa en 1658 à la famille De Franchi puis fut cédé en 1711 à Maria Durazzo Brignole-Sale. Le nom de Palazzo Bianco vient de la couleur de ses façades.

En 1889, Maria Brignole-Sale De Ferrari, dernière descendante de la famille, le légua à la ville dans le but d’en faire une pinacothèque.

Palazzo Niccolò Grimaldi ou Palazzo Doria-Tursi

Ce palais, situé 9, Via Garibaldi, fut érigé à partir de 1565 par Domenico et Giovanni Ponzello pour Niccolò Grimaldi, appelé « le Monarque » en raison de ses nombreux titres nobiliaires et des liens étroits qu’il entretenait avec Philippe II d’Espagne dont il était le principal financier.

C’est l’édifice le plus majestueux de la rue, seul bâtiment construit sur trois lots de terrain : deux grands jardins avec loggia encadrent le corps central. Les grands balcons donnant sur la rue ont été ajoutés en 1597 quand le palais devint la propriété de Giovanni Andrea Doria qui l’acheta pour son fils cadet Carlo, duc de Tursi, auquel on doit son actuelle dénomination.

Ce palais est aujourd’hui l’Hôtel de ville ou Municipio.

Palazzo Rodolfo e Francesco Maria Brignole ou Palazzo Rosso

Situé au 18, Via Garibaldi, face au Palazzo Bianco et au Palazzo Doria-Tursi, ce palais fut édifié en 1671 selon les souhaits des deux frères Brignole qui se partagèrent l’étage noble. Il est formé de trois corps de bâtiments organisés autour de terrasses et de jardins suspendus.
Maria de Brignole-Sale, duchesse de Galliera et dernière héritière de la famille, légua en 1874 à la ville de Gênes le palais, son mobilier et ses collections de peinture.



Palazzi di Giacomo e Lazzaro Spinola ou palais Cattaneo-Adorno

Situés aux 8 et 10 Via Garibaldi, ces palais jumeaux constituent un unique édifice construit entre 1585 et 1588 pour les cousins Giacomo et Lazzaro Spinola.

Ils sont aujourd’hui les propriétés des familles Cattaneo et Adorno.

Palazzo Nicolosio Lomellino ou Palazzo Podestà

Il se trouve au 7, Via Garibaldi et fut construit entre 1559 et 1565 par Giovanni Battista Castello et Bernardo Cantone pour Nicolosio Lomellino, membre d’une famille alors en pleine ascension économique et politique. Au début du XVIe siècle, la propriété passa à la famille Centurione (nom qui apparaît sur la gravure de l’ouvrage Palazzi di Genova) puis en 1748 aux Pallavicini et enfin en 1865 à Andrea Podestà, plusieurs fois maire de Gênes entre 1866 et 1895.

Palazzo Giovanni Battista Spinola

Ce palais situé au 6 Via Garibaldi, fut édifié en 1563 par Bernardino Cortone pour la famille Spinola. Il fut transformé aux XVIIe et XVIIIe siècles et acquis en 1723 par la famille Doria.

Les paires de pilastres qui ponctuent les rangées de fenêtres ont été réalisées en stucs après les dommages subis lors du bombardement par la flotte française en 1684. La grande lanterne de l’atrium est couronnée d’un aigle héraldique, emblème de la famille Doria.

Palazzo Angelo Giovanni Spinola

Le palais est situé au 5 Via Garibaldi. Sa construction fut commanditée en 1558 par Angelo Giovanni Spinola, ambassadeur de la République de Gênes en Espagne et banquier de Charles Quint. L’auteur du projet fut l’architecte Bernardino Cantone, Les travaux furent complétés par Giulio Spinola, fils du précédent, qui réalisa vers 1580 le terrassement d’une partie de la colline située à l’arrière du palais, ce qui permit d’agrandir la cour et le jardin. Aujourd’hui le palais est occupé par la Deutsche Bank.

Sur les fresques de l’atrium, les commanditaires du palais sont représentés comme des condottiere romains, allusion explicite à la grandeur de la famille.


Palazzo Carrega Cataldi ou Thobia Pallavicini

Situé au 4, Via Garibaldi, ce palais est aujourd’hui le siège de la Chambre de commerce de Gênes.

Palazzo Giacomo Spinola

Ce palais se situe au 6, Piazza Fontane Marose, extrémité orientale de la Via Garibaldi. Il fut construit de 1445 à 1459 et présente une façade bichrome ornée de fenêtres à trois colonnettes séparées par des niches accueillant des statues.

Palazzo Negrone

Le palais se situe aux 3-4 Piazza Fontane Marose. Son aspect actuel résulte d’une reconstruction effectuée à la fin du XVIIIe siècle pour le marquis Negrone. Elle incorpora un bâtiment érigé entre 1560 et 1562 pour Francesco De Ugarte, ambassadeur de la Couronne d’Espagne auprès de la République de Gênes.

Un peu d’histoire

Les Strade Nuove

La première Strada Nuova, aujourd’hui via Garibaldi, fut construite par les architectes Galeazzo Alessi et Bernardino Cantone entre 1551 et 1583, au-dessus de la ville médiévale, dans une zone bénéficiant d’une vue panoramique.

En 1601-1618, une seconde Strada Nuova, aujourd’hui Via Balbi, fut ouverte plus à l’ouest.

Enfin, entre 1778 et 1786, le percement de la Strada Nuovissima, actuellement Via Cairoli, relia la Via Garibaldi à la Via Balbi.

Le système des Rolli

Fréquentée par de nombreux visiteurs étrangers, Gênes était une des plus grandes puissances maritimes du bassin méditerranéen. La société génoise comptait en particulier des marchands-banquiers et de riches armateurs.

En 1576, un décret du Sénat génois institua la Lista dei Rolli, liste de résidences d’hébergement public obligeant les propriétaires des palais construits dans la Strada Nuova à fournir, au nom de la République, l’hospitalité aux visiteurs d’état. Par la suite, d’autres édifices construits ailleurs dans la ville y furent inscrits - comme ceux de la via Balbi - pour atteindre le nombre de 150 palais. Ce nombre diminua pour remonter à 200 à la fin du XVIIIe siècle.

Les listes ou Rolli répertoriaient quatre catégories d’édifices selon leur prestige. Les palais de la première catégorie étaient réservés aux vice-rois, princes et cardinaux, la seconde catégorie était destinée aux gouverneurs et ambassadeurs, enfin les catégories inférieures hébergeaient des personnes moins importantes. Les palais des Strade Nuove restèrent toujours inscrits dans la première catégorie, tandis que d’autres purent changer de catégorie au fil du temps.

Palazzi di Genova

Ces palais furent rapidement connus à travers l’Europe grâce à un ouvrage intitulé Palazzi di Genova et consacré à l’architecture génoise du XVIe siècle, publié à Anvers en 1622 par le peintre Pierre Paul Rubens. Il s’agit d’une anthologie des plus belles demeures de la ville. Peintre de cour de Vincent Ier de Gonzague, Rubens profita sans doute d’un séjour à Mantoue en 1607 pour relever ou acheter les plans et les vues des façades de divers palais et églises qui faisaient la splendeur de Gênes.

Quelques façades des églises et palais génois publiés par Rubens en 1622
Quelques façades des églises et palais génois publiés par Rubens en 1622

On reconnaît sur ce document quatre églises baroques de Gênes : sur la troisième ligne, la basilique San Siro et en bas, successivement, Santa Annunziata, Santa Maria Assunta in Carignano et l’église du Gesu.
Par cette publication, Rubens initia les architectes anversois au baroque et au maniérisme génois comme en témoignent sa propre demeure, le Rubenshuis à Anvers, et l’église Saint-Charles-Borromée d’Anvers.


Article mis à jour le 28 janvier 2017