Le site de Madeleine et Pascal

Le port de Gênes

15 décembre 2015, par Madeleine, Pascal
 

Le port de Gênes est aujourd’hui, en termes d’espace et de trafic, le plus grand port industriel et commercial d’Italie. C’est aussi, en concurrence avec les ports de Marseille-Fos et Barcelone, un des plus actifs d’Europe en Méditerranée.

Le vieux port ou Porto Antico est aujourd’hui réhabilité par des aménagements modernes qui le transforment en un lieu festif et touristique. Il fait face au palais San Giorgio, symbole historique de la puissance financière de la République de Gênes.

En mer

JPEG - 134.4 ko


Au centre, sur la colline et derrière la grue : la basilique Santa Maria Assunta in Carignano
Au centre, sur la colline et derrière la grue : la basilique Santa Maria Assunta in Carignano

Le palais San Giorgio et la Piazza Caricamento

JPEG - 154.6 ko
La façade du palais San Giorgio

L’apogée économique de la République de Gênes se situe au XVIe siècle, lorsque les familles des armateurs et commerçants génois devinrent les banquiers de l’Europe et plus spécialement ceux de l’Espagne. La puissante banque de Saint Georges était établie dans le palais San Giorgio, sur la Piazza Caricamento (Place du Chargement), face à la mer.

Brève histoire du palais Saint Georges

La première construction du palais date de 1260 et fut réalisée sur ordre de Guglielmo Boccanegra, oncle du premier doge de Gênes Simone Boccanegra. Les matériaux utilisés provenaient de la démolition de l’ambassade vénitienne de Constantinople et avaient été obtenus de l’empereur byzantin Michel VIII Paléologue en reconnaissance de l’aide que Gênes lui avait apportée.

Ce palais devait être, sous le nom de palazzo del Capitano del Popolo, un centre civil et politique symbolisant la puissance temporelle de la République de Gênes face à la puissance religieuse installée au Duomo di San Lorenzo.

En 1262, Guglielmo Boccanegra fut forcé à l’exil et le palais transformé en prison : Marco Polo en fut un hôte illustre, y dictant ses mémoires à Rustichello de Pise : elles devinrent Le Devisement du monde ou Livre des Merveilles.

En 1481-1482 le peintre Carlo Braccesco orna les façaces de fresques en trompe-l’œil. Le palais fut agrandi en 1571 et plusieurs fois restauré par la suite. Il est, depuis 1903, le bureau des autorités portuaires de Gênes.

La banque de Saint Georges

En 1408, le palais devint le siège de la banque de Saint Georges. Celle-ci prêta des sommes d’argent considérables aux souverains européens pendant les XVe et XVIe siècles. C’est ainsi que les Rois Catholiques avaient des comptes ouverts à la banque, de même que Christophe Colomb. Quant à Charles Quint, il fut fortement endetté envers la banque durant la plus grande partie de son règne.

Les aménagements du Porto Antico

En 1992, la commune de Gênes organisa une manifestation pour le cinq-centième anniversaire de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. L’architecte Renzo Piano proposa de réhabiliter le quartier du vieux port par la réalisation d’ouvrages à vocation touristique valorisant en même temps le quartier de manière durable.

JPEG - 114.1 ko
Le Bigo, au-dessus de la place des fêtes

Le Bigo est un grand mât de charge composé de bras en acier qui partent d’une base commune située au niveau de la mer. Sept d’entre eux avancent vers l’extérieur autour d’un élément central vertical ; les bras les plus courts étayent les câbles de soutien des bras les plus longs, tandis que le bras le plus important soutient un ascenseur panoramique.


Article mis à jour le 19 avril 2016