Le site de Madeleine et Pascal

Le bouquet renversé

7 novembre 2007, par Madeleine
 

Schéma explicatif

B : le bouquet réel caché dans la boîte S.
B’ : l’image réelle du bouquet.
O : position de l’observateur

L’expérience du “Bouquet renversé” apparait dans les traités de physique de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle (en particulier, Bouasse H. : “Optique et Photométrie dites géométriques”, Delagrave, Paris, 1934).

La liste du matériel est très simple :

- un miroir concave d’assez grand rayon de courbure (1 m) et d’assez grand diamètre d’ouverture (30 cm). Celui utilisé ici est sur pied et orientable, pour plus de confort.

- un objet constitué du vase et du bouquet renversé, le bouquet (fleurs en tissu) étant caché par le coffre qui supporte le vase (et évite à l’observateur de recevoir la lumière directe de la lampe).

- une lampe destinée à éclairer vivement le bouquet (la salle est dans le noir) sans être vue par l’observateur.

Réalisation

Le bouquet étant éclairé, l’objet est placé entre le miroir et l’observateur qui regarde le vase, dans la direction du miroir. L’observateur voit l’image du bouquet.

Les photos jointes représentent
- à gauche, ce que l’on voit quand l’expérience est bien réglée et qu’on regarde vers le miroir en se plaçant à deux mètres de lui environ,
- à droite, le bouquet renversé et la lampe qui l’éclaire.

Commentaires

Le caractère spectaculaire de l’expérience tient à la fois

- à la qualité esthétique du matériel (celui employé ici donne un résultat particulièrement plaisant),

- au fait que le coffre cache à la fois le bouquet renversé et la lampe qui
l’éclaire,

- à la qualité du réglage optique (orientation du miroir et distance de l’objet au miroir). Le réglage est bon lorsque l’observateur, regardant l’image du bouquet donnée par le miroir et déplaçant un peu la tête de gauche à droite ou de haut en bas ne voit PAS l’image du bouquet se déplacer par rapport au vase. L’illusion est alors totale de voir un bouquet qui n’existe pas et les spectateurs les plus blasés sont en général séduits.

L’expérience peut aussi être faite en plein jour et sans lampe de bureau, mais l’effet est beaucoup moins saisissant.

Versions modernes

On peut faire quelque chose d’analogue sur un banc d’optique pédagogique muni d’un petit objet lumineux plan (qui joue le rôle du bouquet) et d’un petit miroir sphérique (tous les lycées possèdent ce matériel). Mais c’est beaucoup moins joli et beaucoup moins spectaculaire.

On conçoit que Jacques Lacan ayant vu une réalisation ancienne de cette expérience (analogue à celle présentée ici) ait pu être intéressé par celle-ci, tant il est habituel de constater que les spectateurs sont fascinés par l’expérience qui relève de ce qu’on appelle parfois illusion d’optique.

Une référence

L’empire de la physique, Cabinet de physique du lycée Guez de Balzac d’Angoulème, ASEISTE, Niort, 2006, ISBN 9 782952341516 renferme, page 203, sous le nom de "bouquet magique", une description de cette expérience avec un matériel analogue.

Vous pouvez visiter le site web de l’ASEISTE.


Article mis à jour le 20 novembre 2012