Le site de Madeleine et Pascal

Trèves médiévale et moderne

17 décembre 2014, par Madeleine, Pascal
 

Trèves conserve un centre ville pittoresque autour d’un ensemble constitué de la cathédrale romane Saint-Pierre et de l’église gothique Notre-Dame.

Promenade en ville

JPEG - 123 ko
La Place du Marché


  • La rue principale et le clocher de l’église (...)
  • Sur la Place du Marché
  • Façades de la Place du Marché
  • Au centre de la place
  • La Rotenturm
  • Détail de la Rotenturm
  • Maison de Karl Marx
  • Derrière le palais du prince-électeur de (...)
  • Terrasse du palais du prince-électeur de (...)
  • Détail du fronton

La cathédrale Saint-Pierre et l’église Notre-Dame

JPEG - 103.8 ko
La cathédrale, en noir, l’église Notre-Dame, en rose, et le cloître, rectangulaire, en blanc

Ces deux édifices sont quasiment attenants : ils communiquent par une chapelle de l’église appelée Le Paradis. L’ensemble est complété par un cloître.

La cathédrale est très ancienne puisque la tradition veut que ce soit Hélène, la mère de l’empereur Constantin, qui fit construire la première cathédrale. Au fil des destructions, par les Francs puis par les Normands, celle-ci, à l’origine de forme carrée, fut reconstruite et agrandie. C’est aujourd’hui un édifice roman à deux chœurs (une caractéristique du style roman rhénan) flanqué d’une paire de tours carrées massives du côté occidental et d’une paire de flèches du côté oriental. Entre 1702 et 1708, une chambre sacrée ou chapelle de la Sainte Tunique fut ajoutée en amont du chœur oriental (à gauche sur le schéma) pour abriter la relique de la Sainte Tunique.

L’église Notre-Dame, voisine, fut construite entre 1235 et 1270. C’est la première église gothique d’Allemagne. Son plan, dérivé de la croix grecque en fait une église quasiment circulaire. Le cloître gothique date de la même époque.

  • La cathédrale, vue de la Porta nigra
    Les tours carrées flanquent la façade occidentale
  • La façade de la cathédrale
    La façade est caractérisée par le puissant (...)
  • La façade de l’église
    Une tour carrée surmonte le centre de la croix (...)
  • Portail de l’église Notre-Dame
  • Détail du portail de l’église Notre-Dame
  • Façade nord et chevet de la cathédrale
  • Le chevet
    À gauche, la chapelle baroque de la Sainte-Tunique
  • La chapelle baroque, à l’extrémité orientale de (...)
  • Détail du chevet
  • Le cloître
    À gauche, l’église ; à droite, la cathédrale.
  • Dans le cloître

Intérieur de l’église Notre-Dame

  • Le chœur
  • La nef centrale, vers l’entrée
  • La croisée du transept


  • Voûtes de l’église
    La partie plus éloignée et plus éclairée (...)
  • Détail des voûtes
  • La porte du Paradis
  • Tympan de la porte du Paradis

Intérieur de la cathédrale

La cathédrale de Trèves est un édifice à double chœur. C’est l’architecture carolingienne qui introduisit les églises à double chœur symbolisant la complémentarité entre le pouvoir de l’empereur et celui du pape. Les deux chœurs se font alors face, à chaque extrémité de la nef, le chœur liturgique dirigé vers l’assistance et le contre-chœur en tribune à l’opposé. Cette tradition s’est poursuivie dans l’architecture ottonienne et l’architecture romane allemande. La présence d’un chœur dans l’ouest du bâtiment a entraîné le développement d’un important massif occidental ou Westbau.

Le décor intérieur baroque date du XVIIIe siècle.

Le chœur oriental

La partie arrière du chœur, surélevée et fermée par un grand retable de marbre polychrome, permet la procession au plus près de la relique.

  • Le chœur oriental et la chapelle axiale
  • Accès à la partie surélevée
  • Le retable baroque
    Le retable est percé d’une ouverture vers la (...)
  • Détail : derrière l’ouverture, on devine la (...)

Le chœur occidental

  • La nef, en direction du chœur occidental
  • Détail des stucs du dôme du chœur occidental
    À droite, on devine l’orgue.
  • L’orgue
  • La nef, vue depuis le chœur occidental
    L’orgue apparaît à gauche.

Les stalles du chœur occidental

Les stalles du chœur occidental, ornées de marqueterie, ont été apportées en 1781 de la chartreuse Saint-Michel de Mayence.

  • Les stalles
  • Bancs dans la nef

Les décors de marbre

La cathédrale est ornée de nombreux marbres polychromes réalisés au XVIIIe siècle : autels, bas-reliefs et tombeaux des princes-archevêques-électeurs puis des princes-électeurs de Rhénanie-Palatinat.

  • Autel
  • Tombeau d’un prince-archevêque-électeur
  • Baptême du Christ
  • Tombeau d’un prince-archevêque-électeur
  • Tombeau d’un prince-électeur
  • Autel
  • Fuite en Égypte
  • Nativité éclairée par les vitraux

L’église Saint-Gangolf

JPEG - 131.3 ko
L’église Saint Gangolf vue de la Porta nigra

L’église Saint-Gangolf date du début du XVe siècle. Sa tour domine de 62 mètres la Place du Marché.

  • La nef principale
  • Voûtes de la nef principale
  • Le collatéral nord
    Au premier plan, les fonts baptismaux.
  • Voûte à décor rococo
  • Voûte à décor rococo
  • Vitrail moderne
  • Saint Sébastien

Revenir à l'article : Trèves, une deuxième Rome



Article mis à jour le 13 août 2016