Le site de Madeleine et Pascal

Elephanta

Une grotte sculptée inspirée par l’art des Gupta et des Chalukya
1er novembre 2014, par Madeleine, Pascal
 

Dans la baie de Mumbai, l’île d’Elephanta abrite des temples excavés et sculptés, mal datés, entre le VIe et le VIIIe siècles, et attribués soit à la dynastie des Vakataka (IVe au VIe siècles) soit à celle des Rashtrakuta, un peu postérieure. Ces deux dynasties auraient pu avoir connaissance de l’art des Gupta dont on retrouve des caractères dans les sculptures d’Elephanta.

Vers la grotte d’Elephanta

Elephanta est une île montagneuse située à une dizaine de kilomètres du port. Ce nom lui fut attribué par les Portugais qui y découvrirent une énorme statue d’éléphant.

  • Embarquement
  • Arrivée sur l’île
  • Panorama, à l’approche de la grotte
  • Zoom sur le débarcadère

La grotte principale

JPEG - 226.8 ko
Dans la véranda qui précède le mandapa

On entre dans la grotte principale, dédiée à Shiva, par une véranda à portique qui précède la grande salle du mandapa sous piliers conduisant au sanctuaire. Les piliers ont une forme tout à fait caractéristique : prismatiques à la base, ils sont ensuite coniques et côtelés, surmontés par une partie en forme de coussin côtelé qui soutient les chapiteaux. Ils rappellent ceux qu’on voit dans les grottes de Badami.

  • Travées du mandapa
  • Au fond, à gauche, l’accès au sanctuaire, gardé (...)

Les panneaux sculptés de la véranda : Shiva Nataraja et Shiva Yogeshvara

Shiva Nataraja

JPEG - 228.9 ko
Shiva Nataraja

Le dieu à huit bras, coiffé d’une tiare, exécute sa danse rythmée pour créer le monde.

En bas à droite, on devine Parvati, debout. En haut à gauche, un Brahma ventripotent, reconnaissable à ses trois têtes, est assis sur des oies.

Shiva Yogeshvara

JPEG - 246.1 ko
Shiva Yogeshvara

Sur une fleur de lotus, Shiva est assis dans une posture de yogi, indifférent aux divinités qui l’entourent.

Les dvarapalas

  • À droite, l’accès au sanctuaire
  • Détail d’un dvarapala

Shiva Ardhanarishvara ou Shiva androgyne

JPEG - 271.7 ko
Shiva androgyne

Dans sa partie masculine, Shiva tient un cobra, symbole de mort, et dans sa partie féminine, il tient un miroir. Le dieu androgyne s’appuie sur le taureau Nandi, à gauche. En haut à gauche, Brahma, reconnaissable par ses trois têtes et assis sur des oies, ainsi qu’Indra, assis sur l’éléphant Airavata.
À droite, Vishnu, sur Garuda, tient le chakra. Des divinités célestes complètent la scène.

Shiva Bhairava et le démon Andakha

JPEG - 238.3 ko
Shiva Bhairava

Détail : la tiare de Shiva Bhairava
Détail : la tiare de Shiva Bhairava

Un glaive dans une main, une coupe dans l’autre, l’air farouche, les crocs saillants, Shiva au masque de Bhairava tue le démon Andakha.
Nia, compagnon du démon qui s’était métamorphosé en éléphant pour charger Shiva, est mort lui aussi. Avec deux de ses mains, le dieu brandit sa peau pour s’en faire un dais au-dessus duquel sont installés des ganas, nains difformes serviteurs de Shiva.

Dans cette représentation, la tiare de Shiva porte une tête de mort.

Shiva Gangadhara

JPEG - 399.8 ko
Shiva Gangadhara avec Parvati

Ce relief représente la descente du Gange sur la terre. Le dieu et Parvati, à droite, reçoivent l’eau du Gange dans leur chevelure. Une des mains droites de Shiva fait le geste de l’abhayamudra (absence de crainte). Ganga est représentée au-dessus de Shiva sous la forme d’une triple tête symbolisant la confluence, près d’Allahabad, du Gange, de la Yamuna et de la Sarasvati. En bas à gauche, le roi devenu ascète, Bagiratha, est agenouillé.

Les épousailles de Shiva et Parvati

JPEG - 421.2 ko
Épousailles de Shiva et Parvati

Le roi des montagnes, à gauche derrière Parvati, pousse sa fille en direction de Shiva.

JPEG - 192.9 ko
Détail de la scène

Shiva Maheshamurti tricéphale

JPEG - 257.4 ko
Shiva tricéphale

Cette représentation réunit les trois aspects, créateur, destructeur et protecteur de la divinité. À droite, la puissance créatrice de Shiva est traduite par le visage féminin de la shakti. À gauche, la destruction prend la forme d’un Shiva Bhairava. Et au centre apparaît le visage paisible qui exprime la protection.

Un peu d’histoire

PNG - 45.4 ko
L’empire Rashtrakuta au faîte de son extension

La dynastie des Rashtrakuta, à l’origine tributaire des Chalukya de Badami les renversa en 753. Elle s’enrichit par le commerce avec le monde islamique et devint une grande puissance, considérée à l’égal de la Chine par les voyageurs arabes.

Grâce aux richesses issues du commerce, les Rashtrakuta lancèrent des campagnes en direction du Gange et soumirent ensuite les Chola et les Pandya du sud de l’Inde avant d’être à leur tour renversés par les Chalukya occidentaux en 952. Par leurs campagnes vers le nord, ils auraient pu avoir connaissance de l’art des Gupta dont on retrouve des caractères dans les sculptures d’Elephanta.

Le nom des Rashtrakuta se retrouve aujourd’hui dans celui de l’état du Maharashtra dont Mumbai est la capitale.


Revenir à l'article : Bombay, aujourd’hui Mumbai



Article mis à jour le 16 février 2015