Le site de Madeleine et Pascal

Pattadakal

La ville "du rubis du couronnement"
19 octobre 2014, par Madeleine, Pascal
 

Pattadakal réunit plusieurs temples Chalukya datant du VIIIe siècle et presque tous consacrés à Shiva. Dans cette ville dédiée à leur couronnement, les souverains Chalukya semblent avoir voulu rivaliser avec les Pallava pour commémorer les hauts faits de leurs règnes. Le plus important de ces temples est le temple de Virupaksha.

À Pattadakal coexistent les deux styles prédominants de l’architecture Chalukya : le style dravidien, avec un sanctuaire surmonté du toit pyramidal ou vimana, et le style nagara, davantage représenté dans le nord de l’Inde, caractérisé par un shikhara à base quadrangulaire avec des arêtes curvilignes.

Silhouettes des temples sur le site de Pattadakal

On retrouve ces sihouettes sur la vue d’ensemble du site :

  • à gauche, trois silhouettes de style nagara dont dont l’une, le Galaganatha, a conservé son coussinet sommital ou amalaka, tandis que les deux autres, le Jambulinga et le Kadasiddhesvara l’ont perdu,
  • au centre, le Sangameshvara, à tour pyramidale, de style dravidien,
  • à droite, trois temples : le Virupaksha, à l’extrême droite, est le plus élevé des temples de style dravidien contruits par les Chalukya (17 mètres).

Tous ces temples sont en grès.

Vers le temple de Virupaksha

Virupaksha est le nom donné localement à une forme de Shiva. Ce temple date du milieu du VIIIe siècle et se trouve dans une enceinte spécifique. Synthèse des styles Chalukya et Pallava, il fut édifié pour commémorer une victoire contre les Pallava de Kanchipuram. Il reprend des éléments architecturaux et iconographiques du Kailasanatha de Kanchipuram.

  • Les divers temples, vus de plus près
  • Le Galaganatha, au centre, et le Jambulinga, (...)
    Le Kadasiddhesvara est caché derrière le (...)
  • Faces ouest et sud du Virupaksha
    Au premier plan, le mur d’enceinte, presque (...)
  • Le Virupaksha, vu depuis son mur d’enceinte

L’extérieur du temple

Le sanctuaire est représenté en rouge sur le schéma ci-contre. Le mandapa, en vert, est saillant et exceptionnellement imposant. Il débouche par trois porches sur l’enceinte du temple, en mauve.

Un pavillon de Nandi fait face à l’entrée principale du temple, en bas sur le schéma. Cette entrée, située à l’est, est marquée par d’impressionnants gardiens de temple ou dvârapâlas, armés de massues gigantesques.

Les porches comportent de grandes statues sculptées, de même que les murs extérieurs, ornés de statues surmontées de décors raffinés : Vishnu Trivikrama (Les trois pas de Vishnu), Shiva écrasant un démon, Harihara (représentation mi-Shiva mi-Vishnu), Shiva émergeant du lingam, Shiva transperçant le génie malfaisant Andakha, Shiva Gangadhara qui reçoit le Gange dans sa chevelure pour en ralentir le cours…

  • Le mur sud
  • Le porche nord, vu de l’est
    Au premier plan, la face est du mandapa.
  • Le vimana à trois étages, de style dravidien


  • Le porche nord, l’un des trois porches donnant (...)
    Dans l’angle, un char de procession. À sa (...)
  • La pavillon de Nandi, vu de l’intérieur du (...)
  • Entrée dans le pavillon de Nandi


  • Sous le proche oriental, un dvarapala, (...)
    À gauche Shiva soutenant le mont Kailasha (...)
  • Un des porches d’accès au mandapa
  • Sous un porche, Vishnu piétine un démon


  • Shiva transperce Andhaka
    Andakha est un génie malfaisant ou asura qui (...)
  • Shiva piétine un démon
    Au-dessus de lui, des divinités célestes.
  • Shiva Gangadhara piétine un démon
  • Vishnu Trivikrama sur le mur nord
    Au-dessus de lui, deux makharas.
  • Shiva sortant du lingam sur le mur est
    Au-dessus de lui, deux oies surmontées de (...)
  • Harihara, forme mixte de Shiva et Vishnu

Le mandapa

Les piliers du mandapa sont ornés de scènes inspirées des épopées mythiques : le Râmâyana et le Mahabharata.

  • Vers le sanctuaire : décor à protomés d’éléphants
  • Dans le mandapa
  • Un pilier dans le mandapa
  • Chapiteaux et entablements
  • En haut Durga sur le lion, face au démon-buffle
    Au centre, dans deux registres : le barattage (...)
  • Génies ailés avec des bébés
  • En haut un éléphant
    Au milieu, des personnages assis.


  • Scène épique : Bhishma, gisant sur un lit de (...)
  • Sur les deux registres du milieu : scènes de (...)
  • Scène d’hommage surmontée de génies aériens


Voir un autre article lié à Badami



Article mis à jour le 7 septembre 2016