Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > Espagne > Grenade > Quelques églises de Grenade

Quelques églises de Grenade

5 décembre 2013, par Madeleine, Pascal
 

Édifiées pour la plupart à partir de l’extrême fin du XVe siècle, les églises de Grenade et leurs décors relèvent parfois du style gothique isabelin et plus souvent des styles Renaissance et baroque.

Nostra Senhora de las Angustias

JPEG - 268.2 ko
Façade de la basilique Notre-Dame des Douleurs, le jour de la procession annuelle.

Dédiée à Notre-Dame des douleurs, patronne de Grenade, la basilique fut édifiée en 1617, par Juan Luís Ortega. Sa façade, flanquée de deux hautes tours, est ornée d’une Pieta de Bernardo de Mora (1614-1684) et de son fils José (1642-1724).

 Le portail et la Pieta de Bernardo et José de Mora.
Le portail et la Pieta de Bernardo et José de Mora.
Un plan en croix, un dôme
Un plan en croix, un dôme
Sur le retable majeur, la statue de la Vierge des Douleurs est absente.
Sur le retable majeur, la statue de la Vierge des Douleurs est absente.
Détail des décors du chœur
Détail des décors du chœur

En temps normal, le retable majeur comporte une statue de la Vierge des Douleurs. Cette œuvre de Pedro Duque Cornejo (1677-1757), promenée en procession une fois par an, était justement absente le jour de notre visite.

Iglesia Santo Domingo

JPEG - 242 ko
Sur la place Saint Dominique, une statue de Fray Luis de Grenade (1504-1588), célèbre prédicateur dominicain

L’église Saint Dominique est une construction Renaissance qui conserve quelques éléments gothiques. Sa façade est ornée d’un portique de pierre à trois arcades en plein cintre surmonté d’une fenêtre géminée.

Détail du portique
Détail du portique
Les écoinçons portent les initiales des Rois (...)
Le chœur surélevé
Le chœur surélevé
Fin du XVIIe siècle
Le coro alto et la nef sont gothiques
Le coro alto et la nef sont gothiques
La coupole qui domine la croisée du transept
La coupole qui domine la croisée du transept
Retable de Saint Dominique de Guzman dans le transept sud
Retable de Saint Dominique de Guzman dans le transept sud
Début du XVIIIe siècle. À gauche, un petit (...)
Petit retable de Saint Joseph dans le transept sud
Petit retable de Saint Joseph dans le transept sud
Début du XVIIIe siècle.
Retable du Rosaire dans le transept nord
Retable du Rosaire dans le transept nord
Début du XVIIIe siècle.
Profusion d’angelots dans le retable du Rosaire
Profusion d’angelots dans le retable du Rosaire
Dans une chapelle latérale, une Cène en bois sculpté, grandeur nature
Dans une chapelle latérale, une Cène en bois sculpté, grandeur nature

Iglesia San Juan de Dios

JPEG - 239.6 ko
Les deux tours-clochers de l’église

Après une vie aventureuse, João Cidade (1495-1550) se consacra au service des malades et fonda à Grenade en 1537 son premier hôpital. Il institua un ordre hospitalier au service des pauvres malades, l’ordre des Frères de la Charité, aujourd’hui ordre des hospitaliers de Saint Jean de Dieu.

L’église Saint Jean de Dieu date de la première moitié du XVIIIe siècle. C’est l’une des plus importantes églises baroques de Grenade. Son unité de style est remarquable. Dans le chœur, un grand retable churrigueresque en bois doré cache, derrière le panneau central, un espace, le camarín, dont les portes sont normalement fermées. On y accède par un passage situé à la droite de l’autel et il se compose de trois pièces à la décoration chargée de style baroque. Dans la pièce centrale se trouve un tabernacle avec l’urne qui contient les restes de Saint Jean de Dieu.

Partie basse de la façade
Partie basse de la façade
La façade de l’hôpital Saint Jean de Dieu, une des tours et le dôme de l’église
La façade de l’hôpital Saint Jean de Dieu, une des tours et le dôme de l’église
La nef et le chœur
La nef et le chœur
Chapelle de Saint Raphael
Chapelle de Saint Raphael
La chaire
La chaire
Le portail en bois de cèdre sculpté
Le portail en bois de cèdre sculpté
En haut du retable, les portes, ici fermées, du camarin.
En haut du retable, les portes, ici fermées, du camarin.
Vue du camarin depuis l’église
Vue du camarin depuis l’église
Les portes du camarin sont ouvertes et on (...)
Une porte du camarin est ouverte, révélant les espaces qui sont derrière elle.
Une porte du camarin est ouverte, révélant les espaces qui sont derrière elle.
Détail des décors dans le camarin
Détail des décors dans le camarin
Dans le camarin
Dans le camarin

Le monastère des Hiéronymites

L’origine de ce monastère, le premier à être édifié à Grenade à l’issue de la Reconquête, provient de l’offre faite par les Rois Catholiques à trois importants ordres religieux (Franciscains, Dominicains et Hiéronymites) de s’établir dans la ville après 1492.

Peu après le début des travaux, la veuve de Gonzalo Fernández de Cordoue, dit le Grand Capitaine, demanda à Charles Quint qu’il lui concède le monastère comme lieu d’enterrement de son époux et comme panthéon familial. L’autorisation fut accordée sous réserve de compléter la décoration.

Les travaux se terminèrent en 1547, sous la responsabilité de Diego da Siloe, architecte qui travailla aussi à l’embellissement de la cathédrale de Burgos et à la chapelle majeure de la cathédrale de Grenade.

Le portail Renaissance
Le portail Renaissance
Orné d’un bas-relief de Saint Jérôme, il est (...)
Une seule tour-clocher
Une seule tour-clocher
Le clocher, vu du cloître
Le clocher, vu du cloître
La nef et le chœur Renaissance
La nef et le chœur Renaissance
Fresques du déambulatoire
Fresques du déambulatoire
Le coro et la voûte de la nef sont de style gothique isabelin
Le coro et la voûte de la nef sont de style gothique isabelin

Iglesia San Anton

JPEG - 243.1 ko
Le chœur et la fresque
Le chœur et la fresque
La fresque qui domine le chœur
La fresque qui domine le chœur
La coupole
La coupole

Iglesia San Justo y San Pastor

JPEG - 263.7 ko
Le dôme de l’église Saint Just et Saint Pastor surmonte un tambour à colonnes

Cette église jésuite, dont la construction commença en 1575, fut dédiée à Saint Paul jusqu’en 1799. Elle présente un portail orné d’un relief représentant la conversion de Saint Paul. Il est couronné d’une statue de Saint Ignace.

À l’arrière-plan, le dôme et le clocher de l’église Saint Just et Saint Pastor
À l’arrière-plan, le dôme et le clocher de l’église Saint Just et Saint Pastor

Relief de la conversion de Saint Paul
Relief de la conversion de Saint Paul

Colegio Reale San Bartolomé y Santiago

JPEG - 262.8 ko
Le portail sculpté

Au premier plan, le Colegio Reale San Bartolomé y Santiago
Au premier plan, le Colegio Reale San Bartolomé y Santiago

Ce palais fut transformé en collège universitaire au XVIIIe siècle.

La façade est ornée d’un décor à deux niveaux. En bas, une arche est entourée de paires de demi-colonnes doriques. Dans une niche, deux statues des saints Jacques et Bartolomé dominent l’ensemble. Le fronton est surmonté du blason des Bourbons car l’édifice revint à la couronne d’Espagne après l’expulsion des Jésuites.


Article mis à jour le 13 mars 2016