Le site de Madeleine et Pascal

Pasargades

Au milieu des jardins, les palais et le tombeau de Cyrus le Grand
3 août 2012, par Madeleine, Pascal
 

Pasargades, littéralement le camp des Perses, se trouve à 1900 mètres d’altitude, dans les monts du Zagros, au centre d’une vaste plaine et à 90 kilomètres environ au nord-est de Persépolis. C’est une construction du roi Cyrus II le Grand (559-529), premier unificateur des royaumes perse et mède : la ville fut ainsi la première capitale de l’empire perse.

JPEG - 100.3 ko
Vue du site depuis la plate-forme du Tall-e Takht

Le site regroupe :

  • le tombeau de Cyrus II,
  • un ensemble palatial associant une résidence (palais P), une salle d’audience (palais S), une porte d’entrée (palais R) et des pavillons,
  • un jardin royal ou paradeisos préfigurant, par son organisation, les jardins persans désignés ultérieurement sous le nom de chahâr bâgh,
  • un édifice que la tradition islamique dénomme prison de Salomon,
  • le Tall-e Takht, plate-forme qui portait une citadelle aujourd’hui arasée, connue sous le nom de Trône de la mère de Salomon.

Le nom de Salomon apparaît encore dans celui du village le plus proche du site, Mâdar-e Suleymân.

Le tombeau de Cyrus

JPEG - 83 ko
Le tombeau

Détail de l’assemblage des blocs
Détail de l’assemblage des blocs

Le mausolée est édifié sur un podium à degrés. L’ensemble est construit en blocs de grande taille, appareillés à joints vifs.

Les pierres de l’édifice étaient assemblées par des goujons métalliques, selon une technique inconnue jusqu’alors et empruntée aux architectes de Lydie.
Ces goujons ont été pillés et leurs logements, désormais comblés, restent visibles.

Les moulures et la corniche sont dans le style gréco-ionien ou lydien.

Le palais d’audience et la porte d’entrée

Le palais d’audience est une salle hypostyle bordée de portiques. Les montants des portes sont décorés de créatures fantastiques dans le style assyrien dont il ne reste que la partie basse : dans l’une des portes, un génie-poisson est suivi d’un homme taureau.

Sur un jambage de la porte d’entrée se trouve d’un relief intitulé Le génie ailé. Il s’agit d’un homme pourvu de quatre ailes, dans le style assyrien. Il est vêtu d’un habit de type élamite et coiffé d’une couronne égyptienne constituée de trois plumes surmontant des disques solaires et deux cornes de bélier.

Génies à la porte de la salle d’audiences
Génies à la porte de la salle d’audiences
L’autre côté de la porte de la salle d’audience
L’autre côté de la porte de la salle d’audience
Créatures fantastiques dans le style assyrien (...)
Le génie ailé pourvu de quatre ailes, dans le style assyrien.
Le génie ailé pourvu de quatre ailes, dans le style assyrien.
Il est vêtu d’un habit de type élamite et coiffé (...)

Le palais-résidence

JPEG - 98.1 ko
La salle hypostyle du palais résidence

Le palais résidence comporte une salle rectangulaire hypostyle bordée de deux portiques à colonnades. L’ensemble est en pierre bicolore, les socles de colonne sont en pierre noire, les fûts en pierre claire.

Sur un montant du portique, une inscription trilingue indique : "Moi Cyrus, le Roi, l’Achéménide".

Vue d’ensemble
Vue d’ensemble
Au loin, la "Prison de Salomon".
Vestiges du portique
Vestiges du portique
À l’intérieur du portique, une inscription trilingue
À l’intérieur du portique, une inscription trilingue
Détail de l’inscription
Détail de l’inscription

Les jardins

Des vestiges de bassins et de canalisations en pierre révèlent l’existence de vastes jardins.

L’ensemble royal de Pasargades est ainsi le premier exemple connu de jardin persan ou chahar bag caractérisé par un plan en croix souligné par quatre canaux qui délimitent quatre parterres.

Canalisation à ciel ouvert
Canalisation à ciel ouvert
Bassin
Bassin
Détail d’une canalisation
Détail d’une canalisation

La prison de Salomon

JPEG - 81.1 ko
La prison de Salomon

Cet édifice est une construction achéménide analogue au cube de Zoroastre qu’on voit à Naqsh-e Rostam mais il est beaucoup moins bien conservé.

La plate-forme

JPEG - 117.3 ko
Le Tall-e Takht


La muraille est en pierres à bossage
La muraille est en pierres à bossage

Vue vers le sud
Vue vers le sud

Sur une colline dominant le site, une muraille cyclopéenne soutenait vraisemblablement la terrasse d’un palais-citadelle dont il ne reste rien.

Retour à la carte d’Iran


Article mis à jour le 28 septembre 2016