Le site de Madeleine et Pascal

Bishâpûr

La ville du seigneur Shâpûr
6 juillet 2012, par Madeleine, Pascal
 

Située à une vingtaine de kilomètres de la ville moderne de Kazerun, la cité de Bishâpûr fut fondée en 266 par Shâpûr Ier à l’issue de ses multiples campagnes contre Rome.

Le nom de la ville pourrait dériver du moyen-persan Bay Shâpûr (Le seigneur Shâpûr), mais aussi de Veh-Shâpûr (La belle ville de Shâpûr).

Le site

Au centre, le palais et à droite le temple

Le rempart et ses tours semi-circulaires
Le rempart et ses tours semi-circulaires

La ville se trouve dans la plaine, au débouché du Band-i Shâpûr (La rivière Shâpûr) et à proximité du site de Tang-e Chowgan : la gorge toute proche offrait ainsi un abri naturel aux populations en cas d’attaque. Il subsiste essentiellement deux monuments : le palais de Shâpûr et un temple.

Les éléments architecturaux ou décoratifs témoignent à la fois d’influences achéménides, plus particulièrement dans le temple, et romaines (plan de la ville orthogonal, niches pour statues, mosaïques…). L’ensemble pourrait ainsi avoir été édifié par les prisonniers romains capturés par Shâpûr en 260 à l’issue de sa victoire sur Rome.

La ville fut conquise par les Arabes en 637 puis abandonnée : elle était complètement ruinée au XIIe siècle.

Le palais de Shâpûr Ier

La cour aux mosaïques
Au fond, la partie supérieure du temple avec les protomes de taureaux.

Le palais possède une vaste cour qui était pavée de mosaïques.

Il comporte une grande salle d’audience au plan carré mais d’apparence intérieure cruciforme. On ignore s’il s’agissait d’une salle sous coupole - ce dont pourrait témoigner l’épaisseur considérable des murs dans les angles - ou simplement d’une cour bordée de quatre iwans.

Des portes conduisent à des couloirs parallèles aux murs de la salle. Le long des murs, de multiples niches accueillaient des décors sculptés ou peints.

Dans la cour aux mosaïques
Dans la cour aux mosaïques
Un autre protome de taureau, issu du temple.

Un des quatre axes de la salle d’audience
Un des quatre axes de la salle d’audience

L’appareil des murs de la salle d’audience
L’appareil des murs de la salle d’audience

Accès au couloir parallèle aux murs de la salle
Accès au couloir parallèle aux murs de la salle

Enduit peint à la base d’une niche de statue
Enduit peint à la base d’une niche de statue

Le temple

Dans le temple
Le linteau d’une des portes est surmonté par un arc de décharge.

Le temple se situe à un niveau plus bas que le palais et on l’atteint par un escalier couvert d’une voûte en berceau. On découvre une salle carrée à laquelle donnent accès quatre portes ouvrant sur un corridor qui fait le tour de la salle.

Les murs, dont l’un a conservé sa hauteur d’origine de 15 m, sont construits dans un grand appareil de type romain.

Le toit était plat, maintenu par des poutres reposant sur quatre protomes de taureaux, comme à Persépolis. Deux d’entre eux sont encore en place.

Des canalisations et un profond bassin semblent indiquer qu’un culte de l’eau avait lieu dans ce temple qui est, pour cette raison, généralement considéré comme dédié à la déesse de l’eau Anahita.

Accès au temple par l’escalier sous voûte
Accès au temple par l’escalier sous voûte
Au fond, le mur de 15 m surmonté des protomes (...)

Porte surmontée d’une corniche à gorge égyptienne
Porte surmontée d’une corniche à gorge égyptienne

Le couloir qui fait le tour de la salle
Le couloir qui fait le tour de la salle

Restes de protomes de taureaux en haut du mur
Restes de protomes de taureaux en haut du mur

Détail de la corniche à gorge égyptienne
Détail de la corniche à gorge égyptienne
Le décor est inspiré de ceux qu’on peut voir à (...)

Sur la route de Bishâpûr à Shiraz

Arrivée au col

En allant vers Shiraz, on emprunte un axe routier qui relie le port de Bandar-e Busher, situé sur le Golfe persique, au plateau iranien. Cet itinéraire franchit les monts du Zagros par la vallée d’Abol-Hayat.

Au col, vue vers l’ouest en direction du Golfe persique
Au col, vue vers l’ouest en direction du Golfe persique

Au col, vue vers l’est, en direction de Shiraz
Au col, vue vers l’est, en direction de Shiraz

Au col, en pleine lumière, des mûriers dont les baies sont presque mûres
Au col, en pleine lumière, des mûriers dont les baies sont presque mûres

Le même jour, au fond de la gorge de Tang-e-Chowgan, les baies n’étaient pas encore mûres
Le même jour, au fond de la gorge de Tang-e-Chowgan, les baies n’étaient pas encore mûres

Visiter les reliefs rupestres de Tang-e Chowgan

Retour à la carte d’Iran


Article mis à jour le 23 mars 2016