Le site de Madeleine et Pascal

Suse

Six mille ans d’histoire
9 juin 2012, par Madeleine, Pascal
 

Suse se trouve sur la voie reliant la basse Mésopotamie et le plateau iranien à travers les monts du Zagros. Elle est au cœur d’une plaine, irriguée par la rivière Karkheh, qui débouche sur le Golfe persique. Le site de Suse fut peuplé à partir de la fin du Ve millénaire avant notre ère, parallèlement aux cités mésopotamiennes. Une civilisation originale s’y est cependant développée et c’est comme capitale du royaume d’Elam que Suse joua son plus grand rôle, aux IIe et Ier millénaires. On y trouve aussi des vestiges célèbres de l’époque achéménide : un palais de Darius Ier qui fit de Suse l’une de ses capitales.

Les fouilles et l’histoire de Suse

JPEG - 87 ko
Le château des archéologues
Construction de la fin du XIXe siècle, dans le style omanais.

Les archéologues français s’intéressent au site à partir de 1890. La région étant mal contrôlée par le pouvoir qadjar, la mission française fait construire un château pour abriter les équipes d’archéologues et le produit des fouilles. Les méthodes employées à l’époque visent surtout à collecter des objets prestigieux pour enrichir les collections françaises. Le tell de Suse est alors excavé par une vaste tranchée avec l’objectif d’atteindre un sol vierge : à 35 mètres de profondeur, on découvre les plus anciens niveaux d’occupation, datés de la fin du Ve millénaire. Le mobilier trouvé dans les tombes témoigne en particulier d’une remarquable poterie peinte à décor stylisé :

Boisseau aux bouquetins
Boisseau aux bouquetins
Musée du Louvre
Coupe à décor d’animaux peignes et de croix grecque inscrite dans un triangle
Coupe à décor d’animaux peignes et de croix grecque inscrite dans un triangle
Musée du Louvre
Coupe à décor de croix de Malte, triangles et motifs circulaires
Coupe à décor de croix de Malte, triangles et motifs circulaires
Musée du Louvre
Jarre aux capridés
Jarre aux capridés
Musée du Louvre


Tablette de comptabilité
Tablette de comptabilité
Fouilles de Suse Musée du Louvre La tablette (...)

Les archéologues du milieu du XXe siècle poursuivent et reprennent les fouilles avec des méthodes tendant à établir une stratigraphie et à relever les plans des édifices. Dans les années 1960-70 sont découvertes les bulles d’argile scellées renfermant des formes d’argile associées à des nombres ou calculi, légèrement plus récentes que celles de Sumer. Elles ont permis d’établir le processus de comptabilité d’échanges qui a conduit à l’écriture  : des signes numéraux sont utilisés pour le dénombrement, tandis que d’autres signes désignent ce qui est compté.


L’emprise mésopotamienne s’estompe au cours du IIIe millénaire au profit de l’influence élamite : une dynastie de souverains qui s’intitulent rois d’Anzan et de Suse met fin à la domination des dynasties d’Ur. Plusieurs dynasties élamites vont se succéder, dont celle du roi Untash-Napirisha, constructeur de la ziggurat de Choqâ Zanbil, puis celle des Shuttrukides.

Tête funéraire élamite
Tête funéraire élamite
Fouilles de Suse Musée du Louvre
L’homme à la main d’or
L’homme à la main d’or
Ce personnage porte une tiare à cornes dans le (...)
Statue en bronze de Napirasu, femme du roi Untash-Napirisha
Statue en bronze de Napirasu, femme du roi Untash-Napirisha
Fouilles de Suse, musée du Louvre
Inscription en akkadien
Inscription en akkadien
Fouilles de Suse Musée du Louvre L’inscription (...)

Le roi Shutruk-Nahunte renverse en 1158 la dynastie kassite de Babylone et rapporte à Suse un butin exceptionnel :

Au début du Ier millénaire, l’Elam décline face à l’empire assyrien : Assurbanipal prend Suse en 646 av. J.-C. La région sera rapidement conquise en 540 av. J.-C. par Cyrus II, fondateur de l’empire perse.

Son successeur Darius Ier fait édifier un palais décoré de frises de griffons et de sphinx, dans le style babylonien. Il comporte en particulier une salle d’audiences sous colonnes ou apadana. En 1972, on exhume à Suse une statue de Darius de facture égyptienne conservée aujourd’hui au musée de Téhéran.

Statue de Darius
Statue de Darius
Musée de Téhéran. Cette statue fut réalisée en (...)
Lion ailé
Lion ailé
Palais de Darius à Suse Musée du Louvre
Chapiteau de l’Apadana de Darius
Chapiteau de l’Apadana de Darius
Musée du Louvre
Rhyton en argent décoré d’or
Rhyton en argent décoré d’or
Musée du Louvre
Anse de vase en forme de bouquetin ailé
Anse de vase en forme de bouquetin ailé
Musée du Louvre

La culture élamite ne fut pas immédiatement abandonnée : les souverains achéménides continuèrent à utiliser l’écriture élamite, à côté du vieux-perse, dans leurs inscriptions rupestres. Cette écriture apparaît aussi dans plusieurs milliers de textes comptables découverts à Persépolis.

Suse fut encore habitée aux époques séleucide, parthe, sassanide puis musulmane. L’existence d’un tombeau du prophète Daniel permit de maintenir sa mémoire au-delà du XIIe siècle, date à laquelle les traces d’occupation disparaissent.

Le site aujourd’hui

JPEG - 124 ko
Chapiteau de l’Apadana
Sur le dos, une large encoche pour engager la poutre soutenant la toiture.

Compte tenu du fait que la plupart des constructions étaient en brique crue et qu’elles n’ont pas fait l’objet d’une protection particulière, le site est peu spectaculaire aujourd’hui.

La première tranchée
La première tranchée
À gauche, le témoin de profondeur (35 mètres).
Le témoin de profondeur
Le témoin de profondeur
Ce témoin signale l’épaisseur de 35 mètres qui a (...)
Sondages et tranchée
Sondages et tranchée
Milieu du XXe siècle
Arrivée dans la zone du palais de Darius
Arrivée dans la zone du palais de Darius
Reconstitution de murs dans le secteur du palais de Darius
Reconstitution de murs dans le secteur du palais de Darius
Base de colonne du palais de l’Apadana
Base de colonne du palais de l’Apadana
La salle sous colonne du palais de Darius
La salle sous colonne du palais de Darius
Restauration des murs sur la base des fondations retrouvées
Restauration des murs sur la base des fondations retrouvées
Au fond, le château des archéologues.

Retour à la carte d’Iran


Article mis à jour le 12 août 2016