Le site de Madeleine et Pascal

La ville de Damas

30 juillet 2010, par Madeleine, Pascal
 

Dominée par les hauteurs du mont Quassioun et traversée par les eaux de la rivière Barada, Damas est célèbre dès l’Antiquité pour son oasis verdoyante et parfumée et plus spécialement pour ses roses et ses abricots : pour les Bédouins arrivant d’Arabie et de Syrie, elle mettait un terme à l’aridité des déserts et de la steppe.

JPEG - 166.6 ko
Statue de Salah al-Din Youssuf ibn ayyub ou Saladin, symbole de la reconquête des royaumes francs du Levant et fondateur de la dynastie ayyoubide

Il ne reste aujourd’hui plus grand chose de l’oasis qui a cédé la place aux constructions modernes d’une ville de plusieurs millions d’habitants.

Damas est mentionnée au troisième millénaire avant J.-C. dans des tablettes de Mari. Au premier millénaire, elle est capitale d’un royaume araméen convoité par le royaume hébreu voisin et elle est citée dans la Bible. Mais les Assyriens mettent fin à son indépendance à partir du VIIe siècle, suivis par les Babyloniens puis les Perses. Son importance décline après les conquêtes d’Alexandre. Les Romains y édifient au IIIe siècle après J.-C. un temple à Jupiter, un théâtre et des thermes.

Sa population est rapidement gagnée au christianisme. L’expression chemin de Damas évoque un changement radical d’attitude chez celui qui vit l’expérience de Saül, futur saint Paul de Tarse, d’abord persécuteur des chrétiens : selon les Actes des Apôtres, alors qu’il se rendait à Damas, il eut une révélation qui en fit le principal prosélyte des premières heures du christianisme.

À l’issue de la conquête musulmane, Damas sera la première capitale de l’Islam, celle des califes de la dynastie des Omeyyades : Al-Walid fait construire la célèbre mosquée des Omeyyades. Mais un siècle plus tard, la dynastie des Abbassides s’installera à Bagdad.

À l’époque des Croisades, Damas est sous la domination de la dynastie des Ayyoubides qui règne sur l’Égypte et la Syrie. Elle joue alors le rôle de capitale intellectuelle de l’Islam. Cette époque prestigieuse s’achève avec les invasions mongoles en 1260 suivies par les invasions de Tamerlan auxquelles succèderont des siècles de domination ottomane.

Quelques vues de la ville

Une place moderne à Damas Fléchage Le souk Hamidiyé Ruines romaines au centre de la vieille ville Ruelle dans la vieille ville de Damas Ruelle dans la vieille ville Défilé du jour de Pâques dans le quartier chrétien Une église chrétienne décorée pour le jour de Pâques Maison d’Ananie Façade du musée archéologique de Damas Dans les jardins du musée, une gardienne de basalte Dans les jardins du musée, on devine, au fond, les minarets ottomans du Tekkiye Suleymaniye Le Tekkiye Suleymaniye Damas la nuit

Retour à la carte de Syrie


Article mis à jour le 19 mars 2016